10 conseils pour prolonger la vie d’un tweet

Tweeter c’est avant tout partager de l’information. C’est donc frustrant et inefficace de s’apercevoir que son tweet fait pschitt….  Après s’être posé la question sur le véritable intérêt de son tweet on peut, avec un peu de méthode, en augmenter l’audience et prolonger sa vie. Voici 10 règles qui peuvent vous y aider

Vie d'un tweet

Twitter est sans aucun doute le meilleur réseau social pour s’informer. C’est si vrai que son fondateur a jugé bon de changer son positionnement pour le classer dans la catégorie « News » plutôt » que « réseau sociaux ». Certains pourtant regrettent le côté éphémère du tweet dont la vie serait limitée à quelques heures.  Dès lors comment optimiser sa communication sur twitter surtout si on ne bénéficie pas d’une aussi large audience que celle des sites d’informations ou des célébrités. Si il est vrai que la plus forte activité est certainement dans l’heure où les heures qui suivent la publication du tweet on peut néanmoins prolonger la vie d’un tweet considérablement avec du bon sens et quelques astuces. En dehors de certaines informations qui sont éphémères par nature et dont l’intérêt est lié à un effet d’annonce ces règles peuvent s’appliquer. C’est important  quand l’objectif est de créer du trafic vers le contenu du site de son entreprise, mais c’est également valable quand on tient, à titre personnel, à faire partager au plus grand nombre une information qui nous a particulièrement intéressés. Ces tweets qui méritent de durer contiennent en général un lien vers un site ou un blog à la différence des tweets « coups de cœur » ou « coup de gueule » qui ne vivent souvent que pour l’instant présent.

10 conseils pour prolonger la vie d’un Tweet et en augmenter son audience. Les actions pour pérenniser un tweet ou augmenter son audience se résument à 3 mots : Pertinence (Intérêt du tweet) – Search (réponse aux critères de recherche) – Amplification (la reprise du tweet par d’autres). Trois domaines que l’on peut peaufiner par les actions suivantes;

1-      Choisir du contenu de qualité.  Tout commence par là. Le thème abordé, la fraicheur de l’information, la qualité de la rédaction, la mise en page sont autant de chances pour qu’un tweet trouve son audience. Encore faut-il que l’intérêt du contenu saute aux yeux immédiatement.

2-      Rédiger avec concision. Le texte du tweet doit inciter à cliquer sur le lien. Il doit lui-même être une forme d’information ou d’incitation. 140 caractères (moins le lien et l’image) forcent à la concision. L’exercice est intéressant et participe à la clarté du message. Passer un peu de temps sur le texte du tweet vaut le coup.

3-      Sélectionner les mots clés. Le texte du tweet doit contenir des mots clés qui correspondent à ce qui est recherché sur internet. La sémantique est importante. Si par exemple j’utilise le mot « habitation » alors que la majorité des recherches portent sur le mot « logement » le résultat sera complètement différent alors que le sens est le même.

4-      Associer des # dans le tweet. Les # permettent de faciliter les recherches d’autant plus qu’il est possible d’associer plusieurs mots dans un même # et le rendre ainsi plus précis et plus pertinent.Limitez vous A 2 ou 3 hashtags pour éviter le côté fourre-tout qui nuira à la lisibilité.

5-      Mentionner des personnes. C’est un moyen simple de notifier des personnes en mentionnant leur compte twitter. On peut les mentionner parce qu’elles sont directement concernées par l’information mais également comme un clin d’œil pour être retweeté. Cela fonctionne d’autant mieux que l’on déjà interagi avec elles auparavant. À utiliser à bon escient et avec modération pour ne pas lasser.

6-      Utiliser des photos : pour enrichir le tweet et augmenter son intérêt il est souvent utile de rajouter une photo. Par la même occasion on peut en profiter pour taguer des personnes susceptibles d’être intéressées par le contenu et pour le partager à leur tour. On peut tagueur jusqu’à 8 personnes ce n’est pas pour autant qu’il faut taguer à tout va.

7-      Tweeter plusieurs fois.  Si l’information est importante pour soi ou pour son entreprise il est nécessaire pour augmenter sa visibilité de la tweeter plusieurs fois. On peut le faire en gardant la même forme mais également en modifiant le tweet (texte, mots clé,#, image..) mais en préservant bien sur le même lien vers le site/blog.

8-      Envoyer un Direct message. On peut facilement associer un groupe de personnes à une démarche de communication en utilisant les messages privés (DM). On peut communiquer avec 50 personnes dans un même message et leur demander explicitement leur aide pour diffuser votre tweet. Aujourd’hui il est même possible de transférer directement le tweet lui-même par un simple clic.

9-      Epingler le tweet. On peut de manière simple sélectionner un tweet pour le maintenir en haut de sa liste de tweets. De cette manière toutes les personnes qui visiteront votre compte twitter verront ce tweet en haut de liste. S’il est suffisamment intéressant on peut espérer qu’ils le liront et cliqueront sur le lien.

10-   Trouver des ambassadeurs (advocacy). De plus en plus souvent utilisé par les entreprises, le principe consiste à fournir à des employés motivés et volontaires des tweets « clé en main » ne nécessitant d’autres actions que de cliquer sur « envoi ». Les outils pour le faire sont nombreux et parfois très sophistiqués. On peut citer Clicktotweet, un outil simple et gratuit qui transforme un tweet en un lien. On envoie ensuite ce lien aux ambassadeurs qui n’ont plus qu’à cliquer sur le lien pour générer automatique le tweet.

 Une pratique régulière et un minimum d’observation , comme trouver les meilleurs horaires de publication, permettent d’augmenter l’efficacité de ces 10 règles. Attention toutefois de ne pas abuser des mentions et des # et de sur sur-solliciter vos contacts qui finiront par se lasser. Et si votre entreprise a envie d’aller plus loin elle peut investir un peu d’argent pour « sponsoriser un tweet ».

 

 

IBM et Twitter avancent ensemble vers l’économie de la donnée.

L’économie de la donnée devient chaque jour de plus en plus présente. Cette économie bénéficie des grandes tendances technologiques telles que cloud, Big Data et réseaux sociaux qui, combinées ensemble, offrent des perspectives quasiment illimitées.

IBM TwitterIBM vient encore de le rappeler en annonçant ce 17 mars les premiers produits issus du partenariat signé avec Twitter en octobre 2014 . Cet accord donnait la possibilité à IBM d’exploiter le fabuleux Firehorse de Twitter qui contient la totalité des informations contenus dans l’ensemble des Tweets (lire le billetLes réseaux sociaux montrent la voie de l’économie de la donnée) . Les premiers produits concernent des outils pour les développeurs qui seront à même d’écrire des applications allant puiser dans les données Twitter. On trouve également des services d’analyses de données dans le cloud pour exploiter ces données Twitter. Ce service de données fonctionne sur la technologie d’intelligence artificielle Watson d’IBM et sur IBM insights qui est une déclinaison d’hadoop.

Si la première cible était les besoins marketing, IBM a très vite identifié des opportunités beaucoup plus larges. Exploiter les données des réseaux sociaux et du web n’est bien sûr pas l’apanage d’IBM et de nombreuses sociétés sont déjà positionnées sur ce créneau. Le partenariat entre Twitter et IBM n’est d’ailleurs pas exclusif. Cela ne semble pas inquiéter IBM outre mesure car son objectif est de se concentrer sur des cas d’usage avant tout. Watson-Analytics-ScreenshotCes cas d’usage porteront bien évidemment sur le marketing mais couvriront également l’analyse du Churn (l’attrition), la gestion des talents et le développement de produits pour ne citer que les principaux. Avec sa connaissance des clients dans de nombreux secteurs, IBM a également cumulé de nombreuses et précieuses données qui, associées aux données Twitter, peuvent encore gagner en pertinence. Une centaine de clients ont été impliqués dans ce projet et environ 4000 employés IBM ont été formés pour aider les clients à exploiter la valeur des données

La stratégie d’IBM est révélatrice de l’importance de l’économie de la donnée et du rôle que peuvent jouer les réseaux sociaux dans ce domaine. Nous ne sommes plus à l’heure des panels et des statistiques, on dispose désormais d’informations multi-temporelles à grande échelle. On peut à la fois saisir l’immédiateté d’une émotion en temps réel et analyser des historiques sur plusieurs années.

Les applications sont infinies, restent à définir avec précautions les méthodes et les limites d’utilisation et s’assurer du bien-fondé des résultats et des recommandations tout en veillant à préserver la vie privé des utilisateurs.

Des informations complémentaires dans :Q & A with Will Reilly: Cloud ‘fundamental’ to IBM/Twitter partnership

 

Les réseaux sociaux montrent la voie de l’économie de la donnée.

La vente des données produites sur les réseaux sociaux est devenue un business à part entière qui transite par des revendeurs de données comme Gnip et DataSift. Ce modèle économique donne un avant-goût de l’économie de la donnée que toutes les entreprises devront maitriser à l’avenir.

logo reseaux sociaux

La donnée est l’un des nouveaux moteurs de l’économie et les acteurs des réseaux sociaux l’ont bien compris. Ce sont toutes de jeunes sociétés (Linkedin est apparue en 2003, Facebook en 2004 et Twitter en 2006) mais elles sont déjà bien conscientes d’avoir de l’or entre les mains. En tant qu’utilisateur des réseaux sociaux nous n’avons accès qu’à un faible pourcentage de cette mine d’or. Dans le cas de Twitter par exemple, sur les 500 millions de Faveeo illust 1tweets échangés par jour, seul 1% nous est accessible. Le reste constitue ce que l’on appelle le « firehose » et peu sont ceux qui ont accès directement à la totalité de ce firehose.

Pourtant ses données intéressent de plus en plus de monde, les sociétés qui se positionnent sur le créneau du « social media analytic » ou de la « social media intelligence » et les entreprises de plus en plus nombreuses à vouloir connaitre ce que l’on dit sur leur marque ou qui souhaitent déceler les tendances au travers des conversations sur les réseaux sociaux.

Le rôle incontournable des revendeurs des données de réseaux sociaux. Pour avoir accès aux informations contenues dans ces firehoses il faut passer par des sociétés qui sont certifiées revendeurs de ces données. Depuis le rachat de Topsy par Apple en 2013 il n’en reste principalement que deux : Gnip créée en 2008 puis rachetée en 2014 par Twitter et Datasift créée en 2007.  Leurs offres ne se limitent pas seulement à Twitter. Datasift collectent plus de 15 sources de données .

DataSift V1Gnip quant à lui fournit bien sur l’accès à l’historique complet des données Twitter et de plus Gnip logodonne accès :

  • aux firehoses complets des données de Foursquare, Tumblr, WordPress et d’autres
  • aux APIs publiques de Facebook, YouTube, Instagram, Google+, Flickr et d’autres.

Le niveau de détails des informations fournies par des solutions de « social media analytic » donne une idée de la richesse contenue dans ces firehoses. Pour ceux qui penseraient encore que le Big data est un concept marketing jetez un coup d’œil à tous ces nouveaux outils qui exploitent ce gigantesque gisement de données à l’aide d’algorithmes de plus en plus sophistiqués.

Les données Twitter promues au rang d’informations par la librairie du Congrès. Signe que ces conversations sur les réseaux sont des informations à part entière, la librairie du congrès américain a signé en avril 2010 un accord avec Twitter pour acquérir tous les tweets depuis 2006 à des fins d’archivage. L’acquisition des tveets se fait dans ce cas-là par l’intermédiaire de Gnip. En janvier 2013 la Librairie du Congres annonçait avoir archivé à cette date plus de 170 milliards de Tweets.

IBM a compris que les données Twitter avaient de la valeur pour lui et ses clients. IBM a annoncé également en octobre 2014 un partenariat avec Twitter pour intégrer les données de Twitter avec les services analytics d’IBM dans le Cloud. Des entreprises et des développeurs pourront ainsi intégrer les données Twitter dans de nouveaux services dans le cloud conçus avec Watson Developer Cloud or IBM Bluemix platform-as-a-service.

IBM a également été certifié en tant que “Plugged In” avec Gnip. Les produits IBM sont ainsi intégrés avec Gnip et peuvent offrir des analyses précises de clients à partir de la totalité du Firehose de Twitter, Tumblr, WordPress, StockTwits et Disqus.

La voie est ouverte à l’économie de la donnée. Les réseaux sociaux sont naturellement à la pointe de la monétisation de la donnée mais ils démontrent l’existence de modèles économiques basés sur la valeur de la donnée, sa commercialisation et sa transformation en services. Les conversations sur les réseaux sociaux, l’open data, les données des entreprises et toutes les données générées par des objets connectés (industriels ou personnel) créent une formidable opportunité pour bâtir l’économie de la donnée. Reste pour chaque entreprise, institution ou administration à imaginer les services à créer et les partenariats éventuels à monter pour y arriver