Le consommateur en quête de reconnaissance ….vocale et visuelle. #IA

Smartphones en poche, nous sommes devenus impatients, exigeants voire paresseux. Tout est à portée de main. Les recherches sur le web sont devenues des réflexes. Rapides et efficaces pourquoi s’en priver. Mais pourquoi faire encore l’effort de taper des mots clés sur un clavier ridiculement petit quand on sait qu’on tape en moyenne 40 mots par minute alors qu’on peut en prononcer 150 oralement dans le même temps. Et puis bien souvent nos mains sont déjà occupées à bricoler, cuisiner, conduire …L’intelligence artificielle arrive à point nommé pour simplifier l’expérience utilisateur par de nouveaux modes de recherche. Car le point fort des systèmes « autoapprenant » de machine learning sont leurs aptitudes à reconnaitre du son, de la voix et à présent des objets et du texte dans des images.

Marketeurs, intéressez-vous rapidement à la recherche vocale et visuelle. Il n’est pas question de devenir datascientist ou codeur mais d’analyser ces tendances et d’en mesurer les conséquences sur la relation client. En 2020 les interfaces vocales vont devenir un outil central dans la relation client. 50% des interactions se feront vocalement et majoritairement à partir des mobiles.  La montée en puissance des assistants vocaux est significative. D’abord présents sur nos ordinateurs portables et nos smartphones (Google assistant, Siri, Cortana ..), ils se livrent une guerre sur le terrain des enceintes intelligentes avec en tête Amazon Echo et s’invitent à présent dans tous les équipements. Le logiciel d’intelligence artificielle d’Amazon (Alexa) équipe près de 20.000 objets de 3.500 marques. Tous les constructeurs automobiles font des accords pour pouvoir équiper leurs véhicules d’assistants vocaux. Récemment Google a signé un partenariat avec le groupe Renault Nissan Mitsubishi qui fera de Google Assistant la principale interface d’interaction entre le conducteur et son véhicule. Les interfaces vocales vont modifier les secteurs et les usages de consommation et les marques risquent de passer totalement inaperçues. Avec les recherches vocales, plus question d’afficher les premiers résultats. Il faut être en haut de la liste en « position zéro ».  Les équipes marketing vont devoir rapidement adapter leur stratégie de SEO (Search Engine Optimization) pour se rapprocher autant que possible des questions formulées en langage naturelle par les clients.

La reconnaissance visuelle pour fluidifier les achats et capter les achats d’impulsion. L’intelligence artificielle est aujourd’hui suffisamment puissante pour identifier des objets dans une photo. Une simple photo se transforme en une mine d’or pour le marketing et des applications de plus en plus nombreuses s’approprient cette fonction pour simplifier l’expérience du consommateur.  Vous avez un coup de cœur pour un objet mais vous ne connaissez ni son nom, ni sa marque et encore moins son prix. Qu’à cela ne tienne prenez une photo, la reconnaissance visuelle fera le reste. Vous avez sans doute vu l’accord passé entre Amazon et Snapchat. Vous photographiez un objet qui vous plait, Snapchat analyse l’image, l’envoie à Amazon qui met en œuvre de puissants algorithmes et vous propose un produit identique ou similaire avec une vignette contenant les caractéristiques. Vous n’avez plus qu’à commander. Simple comme bonjour. Finies les lourdes navigations dans les gros catalogues produits qui lassent le consommateur et contredisent la simplicité du digital.  Dans l’immensité du Web le mode de recherche doit se réinventer et cela passe sans doute par l’intelligence artificielle. Pinterest et Instagram ont lancé leurs fonctionnalités de recherches visuelles. eBay a déjà dévoilé deux outils de recherche visuelle (eBay Image Search etFind it on eBay) en octobre 2017. Amazon dispose d’Amazon visual search. Quant à Google, son produit Google Lens est disponible en France depuis mai 2018 et vous permet en pointant votre smartphone sur un objet, une plante ou un animal d’obtenir toutes sortes d’informations. Une espèce d’encyclopédie interactive quasiment relié à notre cerveau qui jouerait le rôle de béquille de culture générale.

Les équipes marketing ont intérêt à se mettre dans les starting blocks pour ne pas laisser le champ libre aux géants du numérique. Développement ou partenariat peu importe il faut déjà penser à développer une stratégie de recherche vocale et visuelle. La technologie est au point et progresse constamment. La Redoute s’y est mis des 2014 et propose de rechercher des produits dans son catalogue vocalement ou par reconnaissance de photo.

 

 

 

 

 

Le mobile s’expose à Barcelone au #MWC2015 et met la pression sur les infrastructures et les sites web.

Le mobile est un véritable phénomène de société qui participe à notre mode de vie et contribue à de nouveaux modèles économiques. Son développement accroit la pression sur les infrastructures des opérateurs télécom et Google  modifie ses algorithmes en conséquence.

mobile blog V2

Le Mobile World Congress (MWC) se tient du 2 au 5 mars à Barcelone. Un évènement qui attire chaque année des dizaines de milliers de professionnels impatients de voir les dernières innovations en matière de technologies mobiles. La mobilité a créé une véritable MWC2015révolution en libérant l’utilisateur de toute contrainte et en permettant l’émergence de nombreux usages. C’est également un marché prometteur, le Boston Consulting Group estime à 780 milliards de dollars le chiffre d’affaires généré l’an dernier par le secteur dans son ensemble (infrastructures, terminaux, services, applications, etc.). Un chiffre qui devrait doubler d’ici 2017.

Le smartphone : le mobile incontournable.  Le smartphone reste l’équipement dont on nemobiles page web peut pas se passer. Il s’est enrichi de multiples applications qui nous donnent l’accès à de nombreux services. Cette richesse applicative explique que le trafic de données généré par un smartphone soit 37 fois plus élevé que celui d’un téléphone portable basique. En 2019 le trafic des smartphones représentera les trois quarts du trafic de données de tous les équipements mobiles. Mais déjà aujourd’hui 31% des pages web sont accédées au moyen d’un téléphone portable soit une progression de 39%, au détriment des ordinateurs portables, selon Digital, Social & Mobile Worldwide in 2015

SEO: Google favorisera les sites optimisés pour les smartphones . On le sait les smartphones jouent un rôle important durant les achats sur internet, soit pour acheter directement mais très souvent dans le cadre du « web to store ». Le consommateur va chercher à obtenir des informations complémentaires ou comparer des prix lorsqu’il est sur place.  Les sites web doivent prendre en compte cette forte tendance  et adapter leur suite web en conséquence. Google va encore les inciter plus fortement puisqu’il a annoncé tout récemment l’ajout de deux nouveaux critères à son algorithme de classement des pages pour les résultats sur mobiles. Une visibilité plus importante sera ainsi obtenue par les sites considérés « mobile friendly » par Google et le contenu indexé des apps. Ces modifications seront effectives le 21 avril 2015 pour toutes les langues.

Pou vous y préparer Google propose des mobile usability reports et mobile friendly testing tool ainsi que des mobile guidelines.

Les « wearables » véritables phénomènes de société. Ces objets connectés que l’on porte sur soi, génèrent bien sur un trafic de données relativement restreint (6 fois celui d’un téléphone portable base quand même) mais leur nombre explose. On en comptait 109 millions en 2014 et on estime qu’il y en aura 578 millions en 2019. Cette multitude d’objets connectés ce qui représentera près de 10% du trafic global de tous les mobiles. Cette multitude d’objets connectés va transmettre de nombreuses informations et alimenter des Big Data. De nombreux et nouveaux services basés sur l’exploitation des données produites par ces objets connectées data ne vont cesser d’être créés. On imagine aisément des statistiques et des études de santé à très grande échelle quasiment en temps réel.

Les infrastructures devront suivre. Le WIFI, la 3G, la 4G et autres technologies ont rendu possible la mobilité mais ils ont ouvert dans le même temps la boîte de Pandore. Les utilisateurs ont pris goût à tous ces nouveaux usages et tout particulièrement à l’utilisation des vidéos qui ont contribué pour 55% du trafic des mobiles en 2014 et estimé à 72% en 2019.  Les utilisateurs sont du même coup devenu exigeants. La mobilité doit apporter la même qualité que les infrastructures fixes. Les développeurs et les fournisseurs de contenus sont de plus en plus imaginatifs et générateurs de trafic. Les applications sont quant à elles, pour la grande majorité, accessibles dans le cloud. Les opérateurs télécom ont un besoin impératif d’anticiper ces grandes évolutions liées aux mobiles pour dimensionner leurs infrastructures et imaginer leurs modèles économiques en conséquence.

La FrenchTech en force au MWC 2015. Une fois encore la FrenchTech veut démontrer leMWC Frenctech dynamisme de l’entrepreneuriat français avec un des plus importants pavillons natiionaux qui accueillera pas moins de 180 exposants français (10% des exposants) dont 120 startups. La brochure éditée par la FrenchTech spécialement pour l’événement mentionne quelques startups prometteuses telles que Oledcomm 10, Famoco 11, Secure-Ic 12, Bespoon 13, Copsonic 14, Reminiz 15, Think & Go NFC 16, Pradeo 17, Ledger Bitcoin Wallet.

Les chiffres que je mentionne sont tirés de l’étude  Cisco prévisions de trafic des données lié à l’activité des mobiles sur la période 2014-2019 et de Digital, Social & Mobile Worldwide in 2015