Le numérique déstabilise près d’une entreprise sur deux. Dell EMC veut les aider

Une grande partie des entreprises françaises appréhendent l’avenir. La transformation numérique a bouleversé les certitudes et rendu obsolète des stratégies pourtant bien rigoureuses. La Transformation était au cœur des conversations durant le premier forum « Dell EMC » depuis la fusion des deux acteurs de l’IT. A cette occasion une étude sur « les entreprises à l’ère du digital » a été présentée et permet également d’éclairer les raisons de la fusion.

dell-emc-entre-face-au-digital

Personne n’est épargnée par la déferlante du numérique. On pouvait être dubitatif quand les premières Start up digitales sont apparues, mais aujourd’hui le doute n’est plus permis. Tous les secteurs d’activité peuvent être remis en cause et doivent entamer leur mutation numérique en vue d’améliorer les expériences client et d’offrir des services adaptés aux nouveaux usages auxquelles les startups nous ont habitués. Face à cette déferlante dell-dg-transfonumérique le malaise est palpable. 43% des entreprises françaises n’arrivent plus à se projeter à 3 ans (selon l’étude menée par Vanson Bourne pour Dell EMC) et 48% d’entre elles craignent même de devenir obsolètes d’ici 3 à 5 ans. Les technologiques numériques, et à présent l’Internet des objets, ont clairement chamboulé leurs industries pour 52% d’entre elles. L’adoption du numérique ne s’effectue pas au même rythme selon les secteurs. Les Opérateurs télécom, les sociétés technologiques et les entreprises de média et divertissements ont de par leur nature et leurs appétences technologiques pris les devants assez rapidement.

Les startups considérées comme une menace par 81% des dirigeants français. Les exemples de disruptions de marchés provoquées par Uber et AirBnB ne sont sans doute pas étrangers à ce sentiment. Ces OVNI venus de nulle part ont prouvé que rien n’était désormais acquis. Les entreprises traditionnelles souffrent de leur manque d’agilité pour rivaliser  mais pourtant seul 37% d’entre elles s’associent avec des start up pour adopter un modèle d’innovation ouvert. Par contre pour faire face à la concurrence des start up , deux tiers des entreprises interrogées envisagent d’investir dans leurs infrastructures IT d’ici les trois prochaines années. L’étude à identifier 5 freins qui ralentissent le progrès numérique :

  1. L’insuffisance du budget et des ressources
  2. L’inadéquation des compétences et de l’expertise
  3. Le manque de soutien de la part de l’équipe dirigeante
  4. Un déphasage entre le rythme des innovations technologiques et celui de l’entreprise
  5. La confidentialité des données et les problèmes de sécurité

Les sociétés High tech s’organisent pour accompagner la transformation numérique. Christian Hiller Président Directeur General d’EMC et Anwar Dahab Directeur General de dell-dg-emcDell étaient bien phase pour resituer les raisons de la fusion de Dell et EMC dans ce contexte de transformation numérique. L’étude a bien montré que bon nombre d’entreprises sont désarmées face aux changements apportés par le numérique et ont besoin d’être accompagnées dans leur transformation. C’est l’un des grands objectifs de la fusion Dell EMC : accompagner les clients dans leur transformation. La fusion va offrir à Dell EMC :

  • Des moyens importants en termes humains et financiers pour être capable de proposer des offres couvrant un spectre  large (stockage, serveurs, réseaux et logiciels) avec un niveau de support et de maintenance homogène.
  • Une taille critique pour négocier l’achat des composants de base utilisés dans la conception des équipements d’infrastructure et pouvoir peser sur leur développement et leurs évolutions
  • Une R&D forte qui pourra consacrer environ 4,5 milliards $ d’investissement par an

Selon les dirigeants de Dell EMC, la fusion offre plus de complémentarités que de recouvrements. Ils estiment à seulement 5% du chiffre d’affaire la zone de recouvrement des offres. Par contre les marchés couverts sont extrêmement complémentaires. Dell est historiquement bien positionné sur les PME alors qu’EMC est habitué aux ventes complexes pour des grandes entreprises.

Moins de pression des actionnaires plus d’agilité. N’étant plus en coté en bourse Dell EMC n’est plus soumis à la pression des analystes financiers. La logique boursière peut laisser la place à une stratégie à long terme. Plus besoin de payer des dividendes aux actionnaires ni de racheter des actions pour piloter le prix de l’action. Le temps et l’argent peuvent dorénavant être investis plus efficacement. Dès le premier février 2017 les clients français auront une équipe Dell EMC unique. Les équipes se connaissent bien puisque Dell et EMC ont pendant 10 ans de 2001 à 2012 travaillé en partenariat.

Les chiffres sont extraits d’une étude menée par Vanson Bourne auprès de 4 000 dirigeants et décideurs d’entreprises – depuis les PME jusqu’aux grands groupes – dans 16 pays et 12 industries.

les contours d’un monde centré sur l’information se redéfinissent à EMC World

 C’est à Las Vegas que le spécialiste de la donnée, EMC, réunit cette semaine ses clients et ses partenaires dans le cadre de EMC World. La participation toujours importante témoigne de l’intérêt croissant porté aux données. L’information est devenue un des moteurs de notre économie. EMC a adapté sa stratégie  en conséquence. 

IMG_1446

Entre 2013 et 2020 l’univers digital aura été multiplié par dix . Lire la suite