La France peut- elle encore jouer un rôle dans l’intelligence artificielle

Depuis 2011, date à laquelle des chercheurs canadiens ont démontré la faisabilité du deep Learning, les géants du web se sont lancés dans la course à l’intelligence artificielle. Les américains (GAFA) aussi bien que les chinois (BATX) ont investi dans ces technologies, embauché les meilleurs talents et fait l’acquisition des start-up prometteuses dans le domaine. Ce domaine d’avenir ne doit pas rester l’apanage de ces géants et la France tente de reprendre pied sur ce marché en capitalisant sur ses atouts.

L’IA incontournable pour l’avenir.  L’intelligence artificielle fait partie de ces technologies qui vont profondément modifier notre société. Les géants du web ne s’y trompent pas, ils y voient une formidable opportunité de développer de nouveaux marchés en apportant une valeur extrêmement différentiante. La transversalité de l’intelligence artificielle leur permettra de continuer à progresser sur des secteurs qui n’étaient pas leur cible d’origine. On le voit avec l’exemple dans le secteur de l’automobile avec le développement des voitures autonomes. Cela modifie non seulement l’industrie proprement dite mais impactera les infrastructures routières, les services de transport et nos modes de vies. Ces entreprises du numérique ont pris de l’avance et ont l’avantage de disposer de plateformes qui collectent énormément de données. Ces données leur permettent d’accélérer l’apprentissage de leur intelligence artificielle  à vitesse grand V. Comme on dit « un algorithme avec beaucoup de donnée est plus précis qu’un bon algorithme avec peu de données ». Dans leur cas ils ont les deux…

L’IA déjà présente dans notre quotidien. Ne croyons pas que l’intelligence artificielle concerne uniquement des projets futuristes. L’intelligence artificielle est déjà très présente dans notre quotidien. La majorité des moteurs de recommandation, les  systèmes de reconnaissance d’images et de videos (computervision) ou le traitement en langage naturel (NLP) s’appuient déjà sur des technologies de machine learning ou de deep learning. En 2016 déjà 38 % des entreprises utilisaient l’intelligence artificielle et elles seront 62% en 2018 selon « narrative Science survey ». Les investissements suivent et vont progresser de 300% entre 2016 et 2017 (Forrester Research).  Avec un marché qui pesait 8 milliards $ en 2016 et qui devrait atteindre 47 milliards $ en 2020 selon IDC on comprend que de nombreux acteurs soient intéressés.

Garder la maitrise technologique. Si l’usage de l’intelligence artificielle se démocratise grâce à de nombreux modules dans le cloud à destination des développeurs on peut s’inquiéter néanmoins de la prépondérance des américains et des chinois sur ce marché qui accentuera la dépendance de toutes les industries vis-à-vis d’eux. Aux Etats-Unis, l’administration Obama a lancé un plan intitulé « Preparing for the future of artificial intelligence » et a publié son rapport «Artificial Intelligence, Automation, and the Economy ». En France nous disposons de nombreux atouts. On compte environ 3000 chercheurs qui travaillent dans le domaine de l’intelligence artificielle et près de 200 start-up développant ou exploitant de l’intelligence artificielle. Pourtant on manque de leaders et surtout d’organisation.

Un plan d’intelligence artificielle pour la France. C’est en partie pour y pallier qu’en janvier 2017 Thiery Mandon et Axelle Lemaire ont lancé le Plan France IA. Espérons que ce plan perdurera après les élections présidentielles car  l’IA constitue une formidable opportunité pour innover et créer les entreprises de demain. Sans minimiser les risques sur l’emploi et l’éthique, l’intelligence artificielle constitue des opportunités de progrès et d’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre. Avec ce plan France IA,  l’objectif est de mobiliser tous les membres de la communauté IA et de fédérer les nombreuses initiatives émergentes en France pour définir une stratégie nationale concertée et mettre en avant le potentiel de la France dans ce domaine clé. En quelques sorte reproduire la Frenchtech mais avec un focus sur l’intelligence artificielle. Pendant deux mois après l’annonce de France IA, chercheurs, entreprises, start-up et acteurs institutionnels  se sont réunis pour contribuer à définir les grandes orientations de la France en matière d’intelligence artificielle pour l’avenir.(voir les groupes de travail). D’après le calendrier  les travaux finiront le 14 mars  et les groupes remettront leurs recommandations ou propositions d’actions au comité de pilotage. Un rapport France IA sera remis aux ministres le 21 mars.

A suivre donc pour voir la concrétisation de ce plan « France IA »

Lire également :

 

Numérique et assureurs : un rôle de conseil renforcé

Le monde de l’assurance n’a pas échappé à la vague numérique. Certaines tâches vont peu à peu s’automatiser et les offres commencent à prendre en compte les nouveaux usages et les nouveaux risques liés au numérique. Dans ce contexte l’assureur est plus que jamais un conseiller. Karine Lazimi Chouraqui Agent Général à Paris 8ème, explique avec passion pourquoi le numérique renforce le rôle de l’assureur et  la relation humaine.

 Avec l’automatisation l’assureur peut se consacrer à son métier de conseil. Karine a compris très tôt les nouveaux enjeux de l’assurance dans un monde digital. photo-karine-lazimi-chouraquiElle bénéficie d’une forte culture numérique acquise au sein d’Allianz France. Son parcours parle pour elle. En charge de l’innovation, des réseaux sociaux, de la ereputation, elle a très vite compris que les usages changeaient et qu’avec le numérique de nouveaux risques apparaissaient. Elle voit dans le numérique une opportunité de valoriser encore d’avantage le rôle de conseil de l’assureur. Loin de réduire sa mission, l’automatisation va contribuer à décharger l’assureur des tâches qui ne requièrent pas de valeur ajoutée. Beaucoup de choses se font déjà de manière automatisée dans l’asset management et dans la gestion des profils à risques.

Repenser responsabilités et protection juridique à l’aune du numérique. L’économie numérique est liée à une exploitation optimisée d’une multitude de données au travers d’applications de plus en plus nombreuses. Cela ouvre d’énormes possibilités mais expose les entreprises à des risques nouveaux ou amplifiés par le développement du numérique.

  • Les cyberattaques concernent tout le monde. La presse s’en fait régulièrement l’écho. Les cyberattaques se multiplient et les préjudices peuvent avoir des conséquences dramatiques. Avec le développement du Big data et de l’intelligence artificielle, toute action délictueuse sur les données fait peser un risque qui ira croissant sur l’activité de l’entreprise et sur sa responsabilité.
  • La réputation de l’entreprise est devenue un sujet sensible. Avec le développement des réseaux sociaux la réputation d’une entreprise peut rapidement être mise à mal et nécessite de réagir rapidement. Ne pas être sur les réseaux sociaux ne dispense pas les entreprises de se soucier de leur ereputation. La ereputation ne se limite pas un problème de communication, la protection juridique dans ce domaine est souvent nécessaire et doit être adaptée au risque
  • L’économie de partage redéfinit les responsabilités.  L’économie numérique a donné naissance à de nouveaux modèles d’affaires basés sur des plateformes technologiques mettant en relation des particuliers pour transporter des biens à l’exemple du covoiturage. Cela pose le problème du partage de responsabilités. Tout récemment Karine a développé une offre en inclusion pour son client PostTrip pour tenir compte de ces enjeux de responsabilités. PostTrip propose de trouver des voyageurs de confiance pour transporter des objets à moindres coûts. Après discussion avec la startup pour comprendre son modèle et ses enjeux, un contrat a été construit pour assurer le transporteur pour tout objet dont la valeur ne dépasse pas 500 €.  Il est important, en tant que particulier, quand on utilise ces plateformes de connaitre les conditions générales pour savoir si sa responsabilité peut être engagée.
  • Le coworking est un partage de ressources et de responsabilités. Le mode de travail évolue avec le numérique. On souhaite plus de flexibilité que ce soit pour lancer son entreprise ou s’implanter dans une autre ville ou un autre pays. Le coworking répond à cette nouvelle demande. Les services offerts peuvent être limités à de l’espace ou enrichis par de multiples services. Les entrepreneurs ne sont pas toujours conscients de la répartition des responsabilités qui varient selon les offres.

La confiance est au centre de la relation assureur- assuré. Dans ce contexte en pleine effervescence Karine place la confiance comme la valeur primordiale de l’assureur. Le mot conseil est trop souvent galvaudé. L’arrivée du numérique doit renforcer cette valeur essentielle. Il n’y a pas de bonne assurance si on ne comprend pas le métier de l’entreprise et les risques associés. C’est un dialogue qui doit s’instaurer entre l’agent général et son client d’autant plus pour des petites et moyennes entreprises qui ne bénéficient pas d’une organisation conséquente pour analyser les risques et les conséquences juridiques.

Vous pouvez également suivre Karine sur Twitter @karinelazimi , sur LinkedIn et très bientôt sur son blog.

L’Intelligence artificielle s’inscrit durablement dans la transformation numérique

De plus en plus souvent le thème de l’intelligence artificielle est évoqué non seulement dans la presse technique mais également dans la presse économique. Elle est en train de devenir un des axes de développement du numérique qui devrait considérablement modifier notre société.

intelligence-artificielle-free

L’intelligence artificielle libérée de ses freins. Le sujet n’est pourtant pas nouveau. Le film « imitation game » fait référence au fameux test de Turing qui date de 1950. A ce jour il semble qu’aucune machine n’ait réussi ce test en trompant la majorité des membres d’un jury assez longtemps avant qu’ils ne découvrent qu’ils dialoguent avec une machine.  Ce n’est que vers 2010 que l’intelligence artificielle s’installe durablement avec les notions de deep learning et de machine learning qui donnent la possibilité à des systèmes d’apprendre par eux même. Pourquoi tant de temps entre 1950 et 2010 ? Parce que l’intelligence artificielle pour être efficace doit disposer de gigantesques volumes de données, d’une importante puissance de calcul et bien sûr à des coûts acceptables.  Depuis 1959 la puissance des processeurs double tous les ans à coût constant suivant les principes de la loi de Moore. Avec l’âge de numérique le monde est devenu un monde de donnée. En février 2010 le journal The Economist soulignait cette tendance sous le titre éloquent « The data deluge ». Ces données massives appelées « Big Data » sont la matière première pour l’auto apprentissage de l’intelligence de ces systèmes.

L’intelligence artificielle est-elle encore réservée aux géants du web ? Aujourd’hui l’intelligence artificielle est déjà très présente dans notre quotidien. Les moteurs de recommandations des acteurs du web utilisent des systèmes de machine learning. Tous les systèmes de reconnaissance que ce soit du texte, de la voix, de l’image ou de la vidéo ne pourront pas se passer de l’intelligence artificielle. Une véritable course aux acquisitions dans ce domaines s‘est engagée. L’intelligence artificielle nécessite malgré tout des infrastructures techniques conséquentes et des compétences spécialisées que les GAFA s’arrachent. L’intelligence artificielle est-elle pour autant réservée aux seuls géants du web ? Plus vraiment, le cloud a contribué à démocratiser largement la technologie à l’image d’un IBM qui offre des modules d’intelligence artificielle (Watson) dans son cloud (Bluemix). Les développeurs d’entreprises de toute taille peuvent concevoir leurs applications et faire appel à ses modules spécialisés dans le cloud par l’intermédiaire d’API (Application Programming Interface).

L’intelligence artificielle incontournable pour répondre aux défis sociétaux et technologiques. Les progrès de l’intelligence artificielle inquiètent parfois. Pourtant on lui doit beaucoup d’avancées dans la recherche médicale. Le coût de séquençage du génome humain par exemple a chuté de 100.000 fois dans les 10 dernières années et le temps pour l’analyser a chuté de 13 ans à moins de 3 jours. Avec une population qui atteindra 9 milliards d’individus en 2050 et dont plus des deux tiers vivront en zone urbaine. Il n’y aura pas d’autres choix que d’apporter de l’intelligence à ses villes de plus en plus importantes pour gérer en temps réel toutes les ressources d’une ville (eau, électricité, trafic routier, sécurité etc..) à l’aide de capteurs dont les données seront exploitées, pour partie en temps réel, par de l’intelligence artificielle. La dépendance de notre société aux technologies crée également des risques que l’on perçoit bien avec les nombreuses tentatives de fraudes et les cyberattaques qui se multiplient.  Face au nombre et à la sophistication de ces attaques, les systèmes de machine Learning font leur apparition dans les solutions de sécurité et seront de plus en plus présente dans le futur.

L’intelligence est tout sauf un effet de mode. C’est un des piliers de la transformation numérique qui gagnera progressivement toutes les fonctions et services des entreprises.  Il faut l’inscrire ibm-9-marscomme un projet d’entreprise sur le long terme. Un projet qui a de nombreuses implications à la fois sur les infrastructures techniques, le fonctionnement, le mode de travail ou encore la nature des emplois. Pour aller plus loin sur le sujet vous pouvez participer à la matinale « Comment piloter votre stratégie numérique à l’aire du cognitif » organisée par IT for Business, IBM France et VMware France le 9 mars 2017 à Paris J’aurai le plaisir d’intervenir lors de cette session. Pour vous inscrire cliquez ICI.

Le digital workspace recentré sur les usages

Une entreprise qui se  prétend numérique se doit d’offrir à ses employés un espace de travail numérique. Les temps ont changé, ce n’est plus l’équipement qui dicte sa loi . Les solutions évoluent dans ce sens pour placer l’utilisateur au centre de la solution. Ce n’est plus l’utilisateur qui doit se plier aux contraintes des équipements utilisés pour travailler mais la solution qui doit s’adapter aux nouveaux usages tout en assurant une sécurité à toute épreuve.

digital-worspace

L’application moteur et vitrine de l’économie. L’économie moderne s’est transformée en une économie des applications. Leur nombre croit à une vitesse vertigineuse, les applications sont à la fois le moteur et la vitrine des entreprises et sont indissociables de la création d’un nouveau business model ou de la mise sur le marché d’un nouveau produit ou d’un nouveau service. Autrefois réservées à l’automatisation des grandes fonctions de l’entreprise les applications ont franchi les portes des datacenters avec internet et se sont ensuite largement digital-workspace-figuresdémocratisées avec l’arrivée de l’Iphone en 2009. L’écran tactile, l’intelligence du smartphone et les « Apps Store » ont fait rentrer l’Application dans le langage commun et dans le domaine grand public. Leur simplicité d’utilisation les a rendus indissociables des nouveaux usages et à induit de nouveaux comportements accentués par l’autonomie apportée par la mobilité. Cela touche le comportement des consommateurs mais également la manière de travailler dans un espace de travail devenu numérique. Une étude récente de VMware a montré que 48% des entreprises qui avaient mis en place des initiatives de « digital workspace » constatent une fourniture plus rapide de nouveaux flux de revenus.

La simplicité des applications professionnelles influence l’environnement de travail : La grande simplicité d’utilisation de ces applications dans la vie de tous les jours à rendu l’utilisateur et le consommateur plus exigeants. Les entreprises ont dû s’adapter à différents niveaux.

  • Vis-à-vis des clients et des consommateurs : Les applications existantes ont été modifiées pour fonctionner sur les mobiles. Les nouvelles applications sont nativement conçues pour offrir une expérience utilisateur adaptée à la mobilité
  • Vis-à-vis des employés : Les entreprises ont enfin compris qu’elles devaient proposer un espace de travail aussi simple et aussi riche que l’environnement personnelle/familiale

Doit-on encore choisir entre agilité et sécurité.  L’espace de travail devient réellement numérique quand il s’affranchit de l’équipement (PC, portable, tablette, mobile) et du lieu de travail tout en assurant une continuité dans la manière de travailler. On veut pouvoir passer digital-workspace-secud’un équipement à un autre sans interruption avec une complète fluidité et accéder simplement à un grand nombre d’applications d’entreprises et publiques.  Les limites mêmes entre espace de travail et espace personnel deviennent floues. La qualité et la richesse de l’environnement de travail numérique sont synonymes de performance et d’attractivité de l’entreprise (recrutement de nouveau talent, attente des millenials….) . L’entreprise moderne demande de l’agilité pour s’adapter à un contexte qui évolue de plus en plus rapidement. La grande majorité des entreprises ont pris conscience de la nécessité de proposer une espace de travail numérique à leurs employés mais sont freinés dans la mise en œuvre par la crainte de perdre le contrôle et d’ouvrir des brèches dans la sécurité.

Libérer l’utilisateur tout en veillant à la sécurité. Pendant longtemps les entreprises ont privilégié une approche centrée sur l’équipement (« device centric ») contraignante pour les utilisateurs mais rassurante en termes de sécurité. (Restriction des équipements autorisés, digital-workspace-securitelimitation des applications permises etc…). L’actualité récurrente sur les fuites de données pourrait accentuer une politique sécuritaire coercitive qui irait à l’encontre de l’agilité et de la productivité. Pour offrir une espace de travail numérique qui apporte la même simplicité que ce que l’on connait à titre personnel mais qui respecte le niveau de sécurité exigée par l’entreprise il faut avoir une démarche centrée sur l’utilisation (« user centric ») et dont tient compte les dispositifs de sécurité. A présent l’initiative revient à l’utilisateur et  le système de sécurité doit s’adapter à ses postures et l’informer de actions prises pour respecter les règles de sécurité en vigueur dans l’entreprises. Dans son billet intitulé  « Espace de travail numérique : utilisateurs libérés et RSSI rassurés » , Stéphane Padique , consultant chez VMware, explique une approche intéressante pour prendre en compte les attentes des utilisateurs sans transiger sur la sécurité.

 Dans un contexte d’espace de travail numérique la  sécurité va au-delà d’un seul produit. C’est avant tout une démarche et un écosystème dont l’usage d’API facilite la collaboration dans la complémentarité des fonctions de sécurité. Un espace de travail numérique digne de ce nom ne pourra pas perdurer si les contraintes imposées par la sécurité vont à l’encontre des usages des utilisateurs. Les solutions qui apparaissent sur le marché semblent pouvoir concilier les deux objectifs a priori antagonistes.

Le marketing prédictif doit tenir compte de la géolocalisation

De tout temps l’homme a rêvé de maitriser son destin et de contrôler l’avenir. Pas sûr que ce soit la clé du bonheur, peut être mieux vaut vivre dans une douce incertitude qui nous permet d’apprécier le temps présent et de bâtir des projets. « Carpe Diem » comme l’écrivait le poète Horace. Quoiqu’il en soit dans le business on n’aime pas être surpris et le marketing se veut de plus en plus prédictif vis-à-vis d’un consommateur de plus en plus mobile.

predictif-geolocalisation

Marketing prédictif : Surprendre à bon escient. Pour autant il ne suffit pas de bien connaître son client pour deviner simplement son futur comportement et ses intentions d’achats. Nos décisions sont très souvent irrationnelles influencées par nos émotions et notre inconscient. Si on s’intéresse à nos routines quotidiennes pas besoin d’être grand clerc pour prédire que l’on va rejouer la même partition. L’objectif du marketing prédictif est plus ambitieux. Il doit être capable de nous proposer des produits ou des services auxquelles nous n’aurions pas nécessairement pensés mais qui ont de forte chance de nous intéresser. Les données étant de plus en plus nombreuses et les technologies de big data et de machine Learning se démocratisant, le marketing prédictif a une voie toute tracée devant lui.

Une liberté de décision sous influence. On a beau penser que nous avons notre libre arbitre nos comportements obéissent à des règles non écrites dictées par de nombreux facteurs comme notre éducation, notre niveau de vie et notre environnement. C’est en cela que nous pouvons être prédictibles. Prédire le comportement d’une personne consiste à l’associer à un groupe d’individus présentant les mêmes caractéristiques. Plus les caractéristiques sont nombreuses et plus la segmentation est fine. On peut alors estimer que la personne a de forte probabilité de se comporter comme la majorité du groupe. Si dans le même groupe la majorité des membres ayant acheté le produit A a également acheté le produit C, alors dès qu’un consommateur ayant les même caractéristiques que le groupe choisrai le produit A on lui suggérera automatiquement le produit C. Cette méthode qu’on appelle le « filtrage collaboratif » est très utilisée par des sociétés comme Facebook, Amazon ou NetFlix. Les algorithmes de recommandations appliquent souvent cette méthode pour personnaliser l’expérience utilisateur en suggérant des contenus pertinents à l’utilisateur. Les algorithmes de recommandations sont pléthore mais chacun d’entre nous a pu expérimenter leur efficacité très disparate entre celui qui nous propose un produit que l’on vient d’acheter et un autre qui propose un article qu’on ne recherchait pas mais qui nous conviendrait parfaitement. La qualité des algorithmes et des données est très différentiante.

La contextualisation améliore l’efficacité des recommandations. Avec le marketing prédictif c’est la personnalisation de l’expérience utilisateur qui est en jeu. Pour que cette personnalisation soit réellement efficace et pertinente elle doit impérativement être contextualisée. Parmi tous les éléments qui renseignent ce contexte il est en un qui est incontournable c’est la géolocalisation. Nous sommes mobiles et connectés. On sera d’autant plus sensible à une suggestion ou une recommandation qu’elle tiendra compte de l’endroit où l’on se trouve. La géolocalisation c’est bien sur le lieu mais implicitement c’est la météo, le fuseau horaire et beaucoup d’autres informations. Nous sommes tous dotés d’un smartphone aujourd’hui qui nous permet d’interagir avec notre environnement. Wifi, RFID, GPS, Balises beacon les moyens de manquent pas pour cela. Les techniques de geofencing se servent de la géolocalisation pour définir des zones. Dès que l’on les franchit, des actions se déclenchent en liaison avec une application que l’on aura préalablement chargée sur notre smartphone. Dans une zone commerciale, à proximité d’un magasin ou d’un restaurant on recevra des messages promotionnels dont l’efficacité dépendra des algorithmes utilisés, de notre historique et du nombre d’utilisateurs.

Aujourd’hui il devient impensable que la géolocalisation ne soit pas prise en compte par le marketing. Personnalisation d’un site web ou de  newsletters, applications, recommandations il en va de leur efficacité et de la satisfaction des clients. Cela suppose d’avoir également résolu  le problème de la réconciliation des données sur tout le parcours clients. Un problème qui persiste encore souvent et qui empêche de disposer d’une vue unique et à jour du client à chaque point de contact avec lui  afin d’assurer la cohérence et la continuité des interactions.

Lire également : L’expérience client augmentée par la géolocalisation et Comment le data lake débride l’innovation des entreprises

 

le numérique crée de nouveaux métiers et requière de nouvelles compétences

En rédigeant le billet « la maitrise des réseaux sociaux, une compétence requise au même titre que l’anglais », je n’imaginais pas un tel succès à l’échelle de mon blog. Ce billet qui n’avait aucune prétention a été très largement partagé, et continue à l’être, sur Twitter, LinkedIn et sur Facebook. Comment expliquer cet intérêt ? Sans faire une analyse pointue, j’ai le sentiment que c’est la relation sous-jacente entre les réseaux sociaux  et l’emploi qui a suscité cet intérêt.

emploi-numerique

L’emploi face aux technologies. Comment réagir. Au-delà des réseaux sociaux, c’est sans doute la  question de l‘évolution de l’emploi et des nouvelles compétences qui se pose dans le contexte  d’une économie numérique. L’accélération des innovations technologiques et la médiatisation qui est en faite, particulièrement autour de l’intelligence artificielle et de la robotisation,  font germer le doute sur le futur de nos emplois au détriment des opportunités pourtant réelles. Par le passé de nombreuses tâches ont été automatisées imposant aux employés de s’adapter, avec plus ou moins de facilité, à de nombreux outils informatiques. Maitriser les logiciels bureautiques est devenu quasiment incontournable et les solutions de travail collaboratif se généralisent. On demande même aux employés d’être les ambassadeurs de l’entreprise en relayant les messages marketing sur les réseaux sociaux. Le processus de transformation s’est parfois fait dans la douleur et certains avaient le sentiment que l’entreprise réalisait des économies sur leur dos avant de ressentir de réels bénéfices dans leur quotidien professionnel. Ne recommençons pas les mêmes erreurs. L’adoption des outils numériques n’est pas homogène pour tout le monde.

Les métiers sont connectés et requièrent de nouvelles compétences. Avec le numérique, l’impact sur l’emploi est devenu plus que jamais un sujet d’actualité. Le temps s’est accéléré et impose un rythme de changement plus fréquent et plus profond encore. Les employés sont face à différents choix selon le type d’emploi qu’ils occupent et la nature de l’entreprise qui les emploie. La santé est connectée, l’agriculture est connectée, l’usine est connectée… La banque utilise des conseillers robots, les RH vont sélectionner les meilleurs profils grâce au big data … Des métiers s’enrichissent avec le numérique, d’autres disparaissent et de nouveaux apparaissent. Dans ce contexte les choix sont réduits

  • S’adapter: Le job évolue et nécessite de se familiariser avec des outils et des applications spécifiques à sa fonction ou à son métier. L’espace de travail est devenu digital lui aussi  (digital workspace ou digital workplace). S’adapter est impératif sous peine d’être laissé sur le bord de la route.
  • Se reconvertir: Les emplois facilement automatisable sont menacés. La question est de savoir quand, pour anticiper et s’y préparer. Les nouvelles générations sont sans doute mieux préparées à ces changement de jobs mais rien n’est impossible à condition de surmonter ses appréhensions et de bien se faire accompagner dans une reconversion.
  • Postuler. De  nombreux jobs n’existaient pas il y a 10 ans. Le community manager est né avec les réseaux sociaux, le trafic manager avec le commerce en ligne et le datascientist avec le développement du big data. La diversité des emplois est bien plus grande que par le passé et bon nombre de jobs des prochaines années n’existe pas encore.
  • Créer. Internet et le cloud ont simplifié la création de l’entreprise. Pas besoin d’un énorme investissement pour monter son business avec une Appli bien innovante et rêver de créer le futur Google. Il faut juste avoir l’âme d’un entrepreneur et la bonne idée.

A chacun ses responsabilités. L’acculturation est essentielle. C’est d’abord une question d’état d’esprit pour que la crainte face place à l’enthousiasme. Facile à dire mais pas si simple selon le contexte, la fonction et l’entreprise. Les responsabilités sont partagées entre les fournisseurs, les entreprises et les politiques.

  • Faciliter l’adoption. Les fournisseurs et éditeurs  doivent penser expérience utilisateurs pour en faciliter l’apprentissage et faire appel au « design thinking » pour que l’utilisation soit simple et instinctive quelque soit la personne.
  • Créer le cadre de l’acculturation. C’est de la responsabilité de l’entreprise de fournir un environnement propice à la culture du numérique. Elle doit lever les freins et créer des passerelles pour faciliter les évolutions professionnelles et les reconversions.
  • Mettre la France à l’heure du numérique. C’est une course de vitesse pour que la France puisse donner naissance à de grands acteurs du numériques français qui puissent s’imposer face aux mastodontes américains ou chinois. Faire éclore les talents français et les garder, voilà un défi à relever.

Dans une note d’analyse, France stratégie indique que les gains de productivité sont le principal moteur de la croissance. Pour les atteindre la France doit investir davantage dans le numérique et renforcer son dynamisme entrepreneurial. pour cela la note préconise de :

  • Renforcer les compétences de la population active par une politique d’éducation ambitieuse
  • Promouvoir le dynamisme entrepreneurial via la simplification administrative et fiscale
  • Encourager la mobilité du travail

Le prix à payer, une remise en cause permanente, le souci de se tenir à jour. On peut espérer qu’avec le temps on oubliera le coté « tech ». Les améliorations en terme d’expérience utilisateur seront telles que l’adoption d’une nouvelle application se fera instantanément par l’utilisateur et qu’il ne sera plus nécessaire d’avoir un lexique pour discuter avec la hotline d’un fournisseur Internet.

Le numérique déstabilise près d’une entreprise sur deux. Dell EMC veut les aider

Une grande partie des entreprises françaises appréhendent l’avenir. La transformation numérique a bouleversé les certitudes et rendu obsolète des stratégies pourtant bien rigoureuses. La Transformation était au cœur des conversations durant le premier forum « Dell EMC » depuis la fusion des deux acteurs de l’IT. A cette occasion une étude sur « les entreprises à l’ère du digital » a été présentée et permet également d’éclairer les raisons de la fusion.

dell-emc-entre-face-au-digital

Personne n’est épargnée par la déferlante du numérique. On pouvait être dubitatif quand les premières Start up digitales sont apparues, mais aujourd’hui le doute n’est plus permis. Tous les secteurs d’activité peuvent être remis en cause et doivent entamer leur mutation numérique en vue d’améliorer les expériences client et d’offrir des services adaptés aux nouveaux usages auxquelles les startups nous ont habitués. Face à cette déferlante dell-dg-transfonumérique le malaise est palpable. 43% des entreprises françaises n’arrivent plus à se projeter à 3 ans (selon l’étude menée par Vanson Bourne pour Dell EMC) et 48% d’entre elles craignent même de devenir obsolètes d’ici 3 à 5 ans. Les technologiques numériques, et à présent l’Internet des objets, ont clairement chamboulé leurs industries pour 52% d’entre elles. L’adoption du numérique ne s’effectue pas au même rythme selon les secteurs. Les Opérateurs télécom, les sociétés technologiques et les entreprises de média et divertissements ont de par leur nature et leurs appétences technologiques pris les devants assez rapidement.

Les startups considérées comme une menace par 81% des dirigeants français. Les exemples de disruptions de marchés provoquées par Uber et AirBnB ne sont sans doute pas étrangers à ce sentiment. Ces OVNI venus de nulle part ont prouvé que rien n’était désormais acquis. Les entreprises traditionnelles souffrent de leur manque d’agilité pour rivaliser  mais pourtant seul 37% d’entre elles s’associent avec des start up pour adopter un modèle d’innovation ouvert. Par contre pour faire face à la concurrence des start up , deux tiers des entreprises interrogées envisagent d’investir dans leurs infrastructures IT d’ici les trois prochaines années. L’étude à identifier 5 freins qui ralentissent le progrès numérique :

  1. L’insuffisance du budget et des ressources
  2. L’inadéquation des compétences et de l’expertise
  3. Le manque de soutien de la part de l’équipe dirigeante
  4. Un déphasage entre le rythme des innovations technologiques et celui de l’entreprise
  5. La confidentialité des données et les problèmes de sécurité

Les sociétés High tech s’organisent pour accompagner la transformation numérique. Christian Hiller Président Directeur General d’EMC et Anwar Dahab Directeur General de dell-dg-emcDell étaient bien phase pour resituer les raisons de la fusion de Dell et EMC dans ce contexte de transformation numérique. L’étude a bien montré que bon nombre d’entreprises sont désarmées face aux changements apportés par le numérique et ont besoin d’être accompagnées dans leur transformation. C’est l’un des grands objectifs de la fusion Dell EMC : accompagner les clients dans leur transformation. La fusion va offrir à Dell EMC :

  • Des moyens importants en termes humains et financiers pour être capable de proposer des offres couvrant un spectre  large (stockage, serveurs, réseaux et logiciels) avec un niveau de support et de maintenance homogène.
  • Une taille critique pour négocier l’achat des composants de base utilisés dans la conception des équipements d’infrastructure et pouvoir peser sur leur développement et leurs évolutions
  • Une R&D forte qui pourra consacrer environ 4,5 milliards $ d’investissement par an

Selon les dirigeants de Dell EMC, la fusion offre plus de complémentarités que de recouvrements. Ils estiment à seulement 5% du chiffre d’affaire la zone de recouvrement des offres. Par contre les marchés couverts sont extrêmement complémentaires. Dell est historiquement bien positionné sur les PME alors qu’EMC est habitué aux ventes complexes pour des grandes entreprises.

Moins de pression des actionnaires plus d’agilité. N’étant plus en coté en bourse Dell EMC n’est plus soumis à la pression des analystes financiers. La logique boursière peut laisser la place à une stratégie à long terme. Plus besoin de payer des dividendes aux actionnaires ni de racheter des actions pour piloter le prix de l’action. Le temps et l’argent peuvent dorénavant être investis plus efficacement. Dès le premier février 2017 les clients français auront une équipe Dell EMC unique. Les équipes se connaissent bien puisque Dell et EMC ont pendant 10 ans de 2001 à 2012 travaillé en partenariat.

Les chiffres sont extraits d’une étude menée par Vanson Bourne auprès de 4 000 dirigeants et décideurs d’entreprises – depuis les PME jusqu’aux grands groupes – dans 16 pays et 12 industries.