IBM #ThinkParis2019 : Imaginer le monde de demain au travers du prisme technologique

L’hégémonie des GAFA et des BATX (l’équivalent chinois) inquiète. On s’interroge sur la possibilité de bâtir des acteurs européens capables de rivaliser avec les plateformes de ces géants du numérique. A l’occasion de l’événement IBM Paris Think 2019 Nicolas Sekkaki, Président d’IBM France a livré quelques pistes intéressantes avec des plateformes Business et des plateformes technologiques. Tout est encore possible…

Le monde des « Business Plateforms ». Dans une économie moderne axée sur la donnée on oublie que 80% des données ne sont pas accessibles par des moteurs de recherches car elles sont détenues par les entreprises. Il y a donc là un énorme potentiel pour créer de nouvelles plateformes avec des services bien différents de ceux proposés par les GAFA. Cela suppose néanmoins que les entreprises collaborent entre elles au-delà de leurs différences et de leur compétition pour fédérer des services communs à un domaine. C’est loin d’être impossible comme l’a expliqué Nicolas Sekkaki. Dans les transports maritimes IBM a créé le consortium « Tradelens » avec le transporteur Maersk qui a été ouvert ensuite à d’autres acteurs comme MSC et CMA-CGM. Le monde des transports était encore très peu digitalisé et une importante documentation papier accompagnait chaque container. La blockchain (Hyperledger) a été utilisée pour dématérialiser l’ensemble des documents et des processus via des smart contracts. Même approche dans le monde de l’alimentation avec une plateforme de traçabilité alimentaire à base de la blockchain: « IBM Food Trust ». Cette « business platform » permet d’assurer la traçabilité alimentaire, de mesurer l’efficacité de chaque maillon et de valoriser les filières.  Un autre type plateforme tout aussi intéressante concerne les compétences. Certaines organisations comme l’AP-HP ont regardé des cas d’usage pouvant aider le personnel à mieux utiliser la technologie au quotidien dans leurs métiers. On voit apparaitre des plateformes de compétences (ou factory cognitive) qui regroupent des compétences multidisciplinaires et imaginent comment des technologies telles que l’intelligence artificielle pourraient assister le personnel médical et le soulager de certaines taches fastidieuses. On assiste dans la radiologie à une explosion de l’imagerie médicale alors que l’on manque de radiologues. L’IA s’avère dans ce cas là d’une aide considérable pour raccourcir le temps d’analyse des radios.

Les plateformes technologiques axées sur l’open source. Un énorme virage a été pris par IBM avec l’acquisition de RedHat : celui de l’Open Source.  Si RedHat garde son autonomie, IBM entend bien être son premier partenaire. Nicolas Sekkaki considère que 80% du patrimoine des entreprises ne se prête pas au cloud de manière simple du fait de leur conception monolithique. La solution viendra sans doute des technologies de containers et on peut estimer d’après Agnieszka Bruyere d’IBM que la majorité des systèmes d’information sera containerisée d’ici 2025. C’est aussi le moyen d’assurer la portabilité des applications et de supprimer leur adhérence à un cloud particulier. La technologie Openshift de RedHat jouera un rôle crucial pour containeriser les applications et de les orchestrer avec Kubernetes. On aura ainsi l’assurance qu’une application containerisée pourra être utilisée sur n’importe quelle plateforme dans n’importe quel cloud. Nicolas Sekkaki estime que la containerisation aura plus d’impact que la virtualisation sur les dix dernières années. Ce virage vers l’Open Source est aussi l’occasion d’une importante transformation au sein d’IBM et une refonte des services. L’Open Source est un vecteur d’innovation du fait de sa large communauté. Les bonnes idées émergent et l’adoption par le plus grand nombre établit des standards de fait.

L’humain a été un sujet récurrent pendant Think 2019 au travers de l’entreprise « augmentée » Pour Barbara Lavernos de L’Oreal la transformation numérique doit résonner avec une libération des individus et nécessite de les impliquer à tous les niveaux. Nicolas Sekkeki a rappelé le lancement en septembre du projet P-Tech en France qui reproduit l’initiative née en 2011 aux Etats Unis, grace à Barak Obama et IBM, pour préparer les jeunes des filières professionnelles aux métiers de demain.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s