Maddy keynote 2018, La cité du futur: L’objectif n’est pas la technologie mais le bien-être des citadins.

Grand succès pour cette édition 2018 de Maddy Keynote. Des interventions dynamiques ouvrant sur les multiples aspects de la cité du futur. Il ne s’agit pas d’une course à la technologie mais bien de mettre la technologie au service du bien être des citadins. Un message commun à l’ensemble des intervenants.

La cité du futur est une formidable opportunité. Elle va mettre à contribution un large écosystème. On associe naturellement « cité du futur » et « ville intelligente » car les technologies y joueront un rôle déterminant. Impliquée dans le lancement de la Frenchtech, Fleur Pellerin (aujourd’hui présidente de Korelia Capital) a ouvert la journée Maddy Keynote en rappelant qu’Il y a encore des places à prendre dans la smartcity pour de l’innovation « made in France ». Inutile de laisser les GAFA et les BATX rafler la mise une nouvelle fois. Indéniablement les technologies du numérique participeront à l’élaboration des zone urbaines de demain qui hébergeront en 2050 près de 70% des 9 milliards d’habitants de la planète. Cela ne pourra pas se faire sans la technologie mais il est impératif de prendre conscience des profonds changements qui doivent s’opérer dans l’organisation des villes et dans les comportements des citadins.  Il ne s’agit pas de moderniser les villes mais bien de les réinventer.

La mobilité est au cœur des villes du futur. La densité de population et leur surface posent nécessairement la question des transports. Il est intéressant de noter que le terme transport à évoluer vers la notion de mobilité, signe que l’on se préoccupera dorénavant d’avantage du service apporté (mobilité) que de la fonction (transport). Marie Claude Dupuis, directrice de la stratégie et du développement à la RATP, fixe les objectifs. La technologie doit être au service du bien-être et du bien vivre ensemble en faisant en sorte que la ville de demain soit saine, silencieuse, sobre, fluide et solidaire. Dans un contexte bouleversé par un cycle d’innovation technologique qui ne cesse de s’accélérer, le défi consiste à imaginer la mobilité de demain dans la ville et entre les villes. Le pari est particulièrement difficile quand on sait que le futur TGV prévu vers 2022 devra durer jusqu’en 2050 et qu’il faut déjà se projeter à cet horizon pour imaginer quelle pourrait être l’expérience des passagers. Pour Rachel Picard, directrice générale de voyages SNCF, il faut acquérir plus d’agilité et d’ouverture, travailler avec des startups.  Oser devient un levier de l’innovation qui nécessite d’accepter de changer des modèles qui ont pourtant fait le succès de la SNCF.

Une mobilité plus respectueuse de l’environnement. Les exemples des grandes métropoles chinoises avec leurs encombrements et la pollution nous alertent déjà. L’automobile représente un véritable enjeu en terme énergétique car on en comptera bientôt 1,8 milliards dans le monde. On peut se réjouir de voir se développer les voitures électriques mais ne nous leurrons pas. Elles ne comptent que pour 0,3% des véhicules et en 2040 elles atteindront à peine un tiers du parc automobile. On part de loin et Philippe Montanteme, SVP Strategy Marketing Research chez Total, rappelle qu’aujourd’hui 60% de la production pétrolière est utilisée pour la mobilité. La transition ne va pas se faire brutalement et plusieurs solutions se combineront pour lutter contre la pollution et les gaz à effet de serre. Il faudra d’une part gagner en efficacité et d’autre part entamer la transition énergétique en associant plusieurs types d’énergie (Electricité, Gaz, hydrogène). C’est également une affaire de comportements pour optimiser l’usage des voitures en les partageant avec le covoiturage par exemple.

Evitons que la technologie accroisse la fracture sociale. Audrey Pulvar, présidente de la fondation pour la nature et l’homme a enfoncé le clou. 700 villes se sont engagées au côté de Paris pour atteindre 100% d’énergie renouvelable en 2050. Cela parait lointain mais la marche est haute. Au-delà des technologies il est impératif de repenser l’organisation de la ville et les déplacements avec une mobilité multiple et combinée. On ne peut pas construire de villes du futur sans tenir compte du contexte global de la planète. La pollution ne s’arrête pas aux frontières d’un pays. 10 % des pays les plus riches produisent 50% des gaz à effet de serre. La ville du futur doit donc être solidaire et responsable. Jean Philippe Ruggieri, Directeur General délégué de Nexity, va dans le même sens. Beaucoup de projets de logements font rêver mais ils restent inabordables pour la majorité de la population. En Ile de France, ces logements innovants ne concernent que des ménages avec un revenu supérieur à 5.000€ par mois alors que le revenu médian d’un ménage en IdF est de 1.900€. La ville du futur n’est pas une utopie ni un concours théorique. Elle doit être proposer à chacun des logements abordables, utiles et désirables.

Reste à espérer que ces messages humanistes de la part de toutes ces entreprises ne restent pas lettre morte une fois confrontés aux réalités industrielles et aux logiques de profit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s