Les objets connectés sont l’avenir du 21 ème siècle

Avec le numérique on n’arrête plus de faire la révolution, la prochaine annoncée est celle des objets connectés (IoT) . Elle porte en soi la concrétisation de toutes les promesses du numérique et bénéficie des innovations apportées par le cloud, le big data et l’intelligence artificielle. La richesse des objets connectés c’est la multitude d’objets qui collaborent et communiquent pour transformer le monde en données et le rendre « intelligent ».

Aujourd’hui un très faible pourcentage d’objets sont connectés, sans doute environ 2%, mais en 2020 selon IDC ce seront 15 % qui seront connectés représentant plus de 20 milliards d’objets pour Gartner. La mission première de tous ces objets est de collecter et de transmettre des informations, grâce à des capteurs multiples et variés, qui après exploitation vont ajouter des fonctionnalités à cet objet et offrir de nouveaux services pour une expérience utilisateur augmentée. Avec cette prolifération d’objets connectés l’univers numérique touchera à l’apothéose : à terme quasiment tout deviendra source de données. Dernièrement Le MIT Media Lab et Microsoft Research ont même été imaginer un tatouage éphémère qui pousserait la notion d’objet connectable encore plus loin. En 2020 on estime que les objets connectés compteront pour 27% de toutes les données (source IDC).

Les objets connectés apportent une réponse aux enjeux du 21 ème siècle. Le déploiement des objets connectés trouve son utilité dans tous les secteurs d’activité. Plus qu’utile l’objet connecté va s’avérer incontournable pour faire face aux enjeux du 21 ème siècle. Il faut considérer chaque objet connecté comme un élément d’un système plus vaste (l’habitat, le bâtiment la voiture, le magasin, l’aéroport, l’usine, la ville etc ..) et œuvrant pour l’amélioration de tous les secteurs d’activité (agriculture connectée, santé connectée etc…). Tout le monde s’intéresse au marché IoT y compris les géants du web comme Google qui a déposé fin juillet un brevet de salle de bain connectée pour prévenir les maladie en mesurant l’évolution des systèmes cardiovasculaires, nerveux, endocriniens et musculaire de ses utilisateurs. Face à la démographie galopante qui nous promet 9,6 milliards d’habitants sur terre en 2050 (dont plus de la moitié vit  en zone urbaine depuis 2008) le rôle des objets connectés est essentiel. Un rôle d’autant plus important que nos ressources s’épuisent.  Le mercredi 22 août 2016, l’humanité avait déjà épuisé son crédit annuel de ressources naturelles. Les effets sont inquiétants quand on sait qu’en 2030 la demande en eau sera supérieure de 40% à l’offre mondiale. Les objets connectés ne sont pas le remède miracle mais surement une partie de la solution. L’agriculture a déjà entamé la révolution des objets connectés pour optimiser les rendements. Avec 54% de la population mondiale qui vit aujourd’hui dans les zones urbaines et qui devrait passer à 66% en 2050 les villes n’ont pas d’autre choix que de devenir intelligentes pour réguler le trafic automobile, la consommation électrique, la fourniture d’eau et lutter contre la pollution. En 2030 tous les foyers français devraient être équipés de compteurs d’eau intelligents qui pourraient faire baisser la consommation d’environ 15% grâce à un suivi personnalisé. ( lire En 2030, notre eau sera intelligente et connectée)

L’utilisation des objets connectés s’appuient sur les piliers de la transformation numérique. Les objets connectés ne fonctionnent qu’en exploitant les technologies fondamentales du numériques et bien sur les réseaux. Les mobiles et smartphones pour fournir les applications exploitant les données de bon nombre d’objets. Le big data pour collecter, stocker et traiter la multitude de données, l’intelligence artificielle pour créer des systèmes agissant de façon autonome et le cloud pour héberger de manière économique les ressources informatiques qui sous-tendent le fonctionnement des objets connectés. Pour accompagner ce formidable développement les questions ne manquent pas à commencer par la sécurité. Le sujet n’est pas nouveau dans notre monde désormais numérique mais le nombre et la distribution d’objets interconnectés couplés à la puissance de l’intelligence artificielle amplifient les risques et complexifient la sécurité. On a déjà en tête le piratage de voiture et tout récemment un article faisait froid dans le dos en évoquant le possible piratage d’un cerveau humain à partir d’implants (lire Brainjacking: Hacking brain implants). Scénarii catastrophes qui nous sensibilisent encore d’avantage à la cyber sécurité thème majeur de notre siècle. N’oublions pas d’évoquer le sujet de la protection des données personnelles. Tous ces objets vont envahir notre quotidien et enregister bon nombre de nos activités  posant ainsi la question de la limite de l’utilisation de ces données. Une raison de s’intéresser à la toute dernière réglementation européenne dans ce domaine la General Data Protection Regulation GDPR.

Comme toute révolution technologique des metiers disparaissent et d’autres se créent. Le bilan est positif ou négatif selon les analystes qu’on interroge mais face aux enjeux de notre planète il parait désormais difficile de s’en passer.  Reste à repenser nos modèles économique et sociétaux pour que la transition se fasse le plus harmonieusement possible

Publicités

2 réflexions sur “Les objets connectés sont l’avenir du 21 ème siècle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s