La Grande Ecole du Numérique : un réseau de formations ancré dans la réalité

A peine nommée Secrétaire d’Etat chargée de la ville, Helene Geoffroy s’est rendue en compagnie du ministre Patrick Kanner dans la structure parisienne R2K dont deux formations sont labellisées par la Grande Ecole du Numérique. Une initiative gouvernementale qui  met en lumière deux préoccupations du moment : l’économie numérique et l’emploi en France.

grande ecole du numérique les metiers

Tous les emplois du numérique ne sont pas occupés. Le numérique s‘empare progressivement de tous les secteurs d’activité et envahit notre quotidien. Comme toute révolution industrielle, cette transformation s’accompagne de destruction et de création d’emplois. Le bilan sera d’autant plus positif que l’on aura préparé la transition. Réussir la transformation numérique c’est bien sur affaire de technologies mais également une question de cultures et compétences. Beaucoup d’initiatives ont été menées avec le Conseil National du numérique et la french tech  pour que la France prenne sa place dans l’économie numérique et crée des emplois d’avenir. Pourtant 35.000 à 50.000 emplois dans le numérique cherchent preneurs. Un comble à une époque où le chômage est une préoccupation nationale et le numérique un enjeu stratégique.

Donner une impulsion politique à la formation au numérique. La France n’est pas restée inactive face au défi de la formation au numérique. Sans attendre une décision politique, une cinquantaine de structures (université, associations, entreprises collectivités) proposaient déjà des formations aux numériques sans prérequis académiques. 1500 jeunes en bénéficient chaque année. Xavier Niels et Nicolas Sadirac ont donné l’exemple en fondant en 2013 l’Ecole 42 largement médiatisée.  Un rapport intitulé : la Grande Ecole du numérique est une « utopie réaliste » a jugé qu’il était préférable de capitaliser sur ce réseau de formations déjà existant plutôt que de créer une nouvelle structure. La leçon du cloud souverain a sans doute porté ses fruits !! Restait à lui donner une impulsion politique pour passer à la vitesse supérieure. C’est ce qui a été fait avec le lancement officiel de la « Grande Ecole du numérique » GEN le 17 septembre 2015 qui doit former aux métiers du numérique 10.000 jeunes sans emploi ni formation  d’ici 2017.

Un réseau de formations labellisées sur le territoire national.  La grande école du numérique, contrairement à ce que pourrait faire croire son nom, n’est pas une école labellisation GENproprement dite  construite ex nihilo. C’est un réseau de structures de formation existantes (fabriques du numérique) sur tout le territoire. Le principe du réseau garanti que les formations sont adaptées à chaque territoire, à leur écosystème et à leurs spécificités. Une approche qui favorise la proximité sur l’ensemble du territoire entre les jeunes, la formation et les employeurs. Pour faire partie de ce réseau chaque structure doit obtenir une labellisation pour la formation concernée. La labellisation (et le financement éventuel) est accordée par formation, et non par structure, et tient compte des perspectives locales d’emploi dans le domaine concerné par la formation. A ce jour 171 formations ont été labellisées et sont proposées dans 130 fabriques du numériques .  Un budget de 5 M€ provenant du programme d’investissements d’avenir aidera 72 structures à financer le développement de leur offre de formation. Un prochain appel à projets sera lancé avant l’été, et donnera lieu à une nouvelle vague de labellisations pour atteindre l’objectif de 200 formations d’ici 2017.

La Grande Ecole du numérique doit jouer un rôle social et économique.  Au-delà de proposer des formations, c’est bien d’une dynamique économique et sociale qu’il s’agit. Tout est penser pour créer une communauté de terrain qui s’implique afin de tisser le lien entre la formation et les employeurs au niveau local et s’assurer de l’adéquation entre les formations et les besoins des entreprises. Le rapport préliminaire au lancement de la GEN référence huit famille de métiers du numérique. Le numérique étant un domaine très dynamique, la GEN a pour vocation à suivre l’évolution de ces  métiers et à contribuer à identifier les types d’entreprise les plus demandeurs de compétences numériques. Ce concept de réseau de formations donne naissance à une communauté de partenaires :

  • Les acteurs publics pour ouvrir des droits de financement
  • Les acteurs de l’éducation nationale pour ouvrir des passerelles vers des formations complémentaires
  • Les acteurs économiques pour favoriser l’insertion dans l’emploi
  • Les acteurs d’insertion pour identifier les candidats

Cette grande école du numérique semble partir sur de bonnes bases en ayant appris de ceux qui avaient su anticiper les besoins de formation aux numérique. Le concept est simple et pragmatique et présente l’avantage d’être déjà opérationnel. La valeur de la GEN repose sur la qualité des labellisations et sa capacité à s’intégrer dans le tissu économique et sociale. Souhaitons à ceux qui sortiront ce des filières de trouver rapidement des emplois enthousiasmants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s