Le numérique condamne la banque à innover

L’annonce récente de la négociation d’Orange avec Groupama pour acquérir 65 % de sa filiale bancaire illustre parfaitement les menaces qui pèsent sur le secteur bancaire avec la progression de l’économie numérique. Le numérique a jeté un pont entre des secteurs qui étaient autrefois bien cloisonnés et il n’y a désormais rien d’étonnant à ce qu’Orange se prépare à lancer en France  sa banque 100% mobile début 2017. Protégé par des contraintes réglementaires fortes, le secteur bancaire doit malgré tout faire face à l’appétit des géants du web, des opérateurs telecom, des acteurs de la distribution et des Fintech.

 banques dans le viseur

La banque en ligne première étape de la banque numérique.  Les banques n’ont pas échappé à l’impact du numérique. Première conséquence de l’accès généralisé d’internet, la dématérialisation des services bancaires évite au client de se déplacer dans une agence bancaire pour effectuer un grand nombre d’opérations à partir du site internet de sa banque. Si certains clients souhaitent encore pouvoir se rendre dans une agence, nombreux sont ceux qui ont adopté la banque en ligne pour la souplesse qu’elle offre. D’après la 5ème édition de l’étude Relation banques-clients réalisée du cabinet Deloitte seuls 3 % des clients ont recours uniquement aux services d’une agence. Les opérations courantes sont réalisées via les canaux digitaux avec la possibilité de contacter leurs conseillers par téléphone ou mail. Pour les opérations complexes l’agence est encore privilégiée. Les français jouent sur la complémentarité de la banque en ligne et de l’agence physique et en  2015 seuls 13% des français ont eu des contacts avec leur banque uniquement par internet.  Des banques purement virtuelles ( sans agence)  sont apparues  avec, malgré tout, la difficulté de lutter contre l’image « rassurante » d’une banque ayant pignon sur rue avec ses agences.  . La confiance est une des valeurs importantes de la banque puisqu’on lui confie notre argent sur de longues périodes. Une confiance malmenée par l’affaire des surprimes mais qui perdure néanmoins car les institutions financières sont soumises à d’exigeantes réglementations.

Banque mobile : l’ouverture sur les nouveaux usages.   Le développement de la mobilité avec le wi-fi et la 4G a entrainé la banque dans une nouvelle étape celle de la banque mobile. L’étude « mobile banking » de KPMG estime que le nombre d’utilisateurs des services de banque mobile au niveau mondial devrait doubler d’ici 2019 pour atteindre 1,8 milliards de personnes.GAFA banques Cette tendance aiguise l’appétit des opérateurs Telecom et des GAFA. Avec la mobilité il ne s’agit plus seulement d’adapter un site internet à l’ergonomie d’un smartphone mais de proposer de nouveaux usages en cliquant sur l’icône d’une application. Le smartphone entraine la banque dans l’univers des nouveaux usages et dans la course à l’innovation. La compétition prend de nouvelles formes. Les opérateurs telecom à l’image d’Orange veulent capitaliser sur leurs réseaux et leur maitrise de la mobilité pour offrir à leur client une banque mobile. Les GAFA quant à eux ne cherchent pas encore à offrir tous les services financiers mais exploitent leurs atouts technologiques et leurs gigantesques bases clients en se focalisant principalement sur les moyens de paiements  en ligne ou sans contact. En 2018, selon Gartner, 50% des consommateurs dans les pays développés utiliseront leur smartphones ou des « wearables » pour les paiements mobiles.

Le numérique pose la question de la valeur ajoutée de l’intermédiaire. Si le coût de la prestation ne parait pas justifié alors il y a fort à parier que l’on va assister à une « ré-intermédiation » qui s’appuiera sur des plateformes numériques. Le secteur bancaire n’échappe pas à la règle. La gestion des actifs par exemple est soumise à la pression des « robots advisors ». Les réseaux d’agence proposent des offres standardisées (actions, obligations, produits dérivés) qui nécessitent peu ou pas de conseil. Le numérique bouscule la encore des modèles très rentables. Le conseiller est remplacé par des algorithmes équivalents à ceux utilisés dans les salles de marché. Le client reçoit des propositions selon son profil et le niveau de risque souhaité. Que les banques se sentent ou non menacées elles doivent tenir compte de ces nouveaux usages et réagir en conséquence. Face au paiement en ligne de Paypal, les banques françaises ont répondu avec Paylib une solution gérée par un consortium regroupant plusieurs banques françaises. Un porte-monnaie électronique (S-Money) est proposé par BPCE permettant un paiement de personne à personne sur Twitter pour des montants inférieurs à 250 euros. Le 14 janvier 2016 CaixaBank a lancé ImaginBank la première banque en Espagne exclusivement mobile. En étant accessible uniquement par des « apps » mobiles et les réseaux sociaux, la banque espagnole cible tout particulièrement  les millennials, cette génération de « digital natives ». Une approche numérique volontariste avec une proposition différente qui donnera la possibilité aux utilisateurs de gérer leurs finances d’une manière autonome aidés en cela par des outils technologiques intelligents.

Les Fintech vivier d’innovations et de nouveaux usages. Les grandes innovations des services financiers viennent de l’extérieur et tout particulièrement de ces startup spécialisées dans le secteur financier qui maitrisent les technologies numériques. Elles sont par essence innovantes. Elles décryptent les nouvelles tendances et les nouveaux comportements et s’engouffrent dans ces nouveaux besoins que les banques n’ont pas su anticiper. Elles se positionnent en général sur un service bien précis comme par exemple  la cagnotte en ligne ou le virement entre particuliers. Après un round d’observation les banques ont vu l’intérêt qu’elles pouvaient tirer de ces startups pour les utiliser à leurs avantages comme un laboratoire de nouvelles idées ou une extension de leur R & D.

Fintech categories

Certaines banques se sont déjà rapprochées de startups en les achetant ou en entrant à leur capital. Le Crédit Mutuelle Arkéa a pris une participation dans Leetchi le spécialiste de la cagnotte en ligne et BPCE a fait de même avec Lepotcommun.fr. Le Credit Agricole et Arkea sont au capital de Linxo, un agrégateur de comptes bancaires. BNP Paribas a lancé le 17 décembre 2015 deux initiatives à destination de Fintech en France avec l’accélérateur Fintech de L’Atelier BNP Paribas et le Pôle Innovation Fintech de la Banque de Détail en France. Des initiatives qui visent  à construire la banque de demain, en s’appuyant  sur une démarche d’innovation ouverte. Dans un entretien à BFM Business Aymeril Hoang , directeur de l’innovation de la Société Générale, explique comment l’innovation et les startup sont au cœur de la transformation numérique de la banque. ( voir la vidéo de l’entretien) .

Les Fintech françaises s’organisent avec France Fintech . On compte aujourd’hui plus de 12.000 fintech dans le monde dont 36 sont devenues des « licornes » en franchissant le symbolique seuil des 1 milliard de dollars. Pour peser sur ce marché particulièrement dynamique, la France dispose depuis juin 2015 de l’association France FinTech, présidée par Alain Clot. Elle regroupe une cinquantaine de fintech françaises et a pour but de promouvoir la fintech française en France et à l’étranger et de représenter le secteur auprès des pouvoirs publics, des médias, des investisseurs, des acteurs historiques du secteur financier, des centres de recherche, etc.

Pour ceux qui s’intéressent aux fintech françaises le site de Theassets fournit une vision dynamique de l’ensemble des Fintech françaises .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s