Blockchain : nouvelle gouvernance de la confiance pour une nouvelle économie

De nombreuses opérations nécessitent de faire appel à un tiers de confiance. C’est bien sûr le cas de la finance mais cela concerne tout domaine qui nécessite une authentification par un tiers. En supprimant les besoin d’un contrôle centralisé, la technologie Blockchain pourrait s’imposer comme une nouvelle architecture de confiance. Le monde de la finance et de l’IT ne s’y trompe pas, il voit en elle une technologie de rupture dans laquelle il est urgent d’investir.

Blockchain applications

Les tiers de confiance complexifient et ralentissent les échanges. Pour permettre d’effectuer des transactions, qu’elles soient financières ou non, de manière sécurisée entre des individus qui ne se connaissent pas il est nécessaire de passer par un intermédiaire de confiance qui garantit le bon déroulement des opérations. Dans la pratique ce procédé est long et coûteux. On pourrait bien à l’avenir se passer de cet intermédiaire de confiance grâce à la technologie Blockchain. Aujourd’hui un virement peut prendre plusieurs jours avec toujours un risque possible qu’un compte devienne insolvable entre le début et la fin de l’opération. Avec Blockchain le transfert de fonds est immédiat et limite ainsi les risques de règlements.

Blockchain est un « grand livre comptable  » (ledger en anglais) décentralisé. Il est partagé entre tous les utilisateurs tout en préservant leur anonymat. Chaque transaction effectuée dans ce cadre est enregistrée sous forme d’un bloc qui contient les principaux éléments de l’opération. Chaque bloc vient se rajouter aux blocs précédemment créés. D’un point de vue technique Blockchain est une base de données distribuée ou toutes les données sont cryptées. Les transactions « blockchain » sont sécurisées par des algorithmes et non plus par le biais d’un tiers de confiance.

Blockchain est un système de confiance qui permet de garantir la traçabilité d’un échange. C’est un système de transactions décentralisé qui, en supprimant le besoin d’intermédiaires, diminue les coûts de fonctionnement et permet des échanges sont plus rapides et plus sécurisés. La monnaie virtuelle Bitcoin a été un des premiers exemples d’utilisation de la technologie Blockchain. En France la société française Paymium exploite une place de marché bitcoin et offre des services de paiements en bitcoins. La finance n’est pas le seul domaine concerné, les transactions immobilières, les données personnelles, les œuvres d’arts et plus généralement toute opération nécessitant un tiers de confiance peuvent bénéficier de ce mécanisme d’authentification. Les banques ont bien vu tout l’intérêt de pouvoir transférer plus rapidement des fonds d’un établissement financier à l’autre sans avoir à passer par un point de contrôle centralisé et devraient investir 400 millions d’euros dans la technologie Blockchain en 2019.

En fin d’année 2015 les annonces autour du blockchain se multiplient :

  • « Blockchain for business ». Le 17 décembre 2015 la fondation Linux lance l’initiative « blockchain for business » pour créer sous le nom d’Hyperledger un framework open source du « grand livre comptable » facilitant la conception d’applications et de plateformes de gestion de transactions. Cette initiative regroupe des acteurs de l’IT (IBM, Cisco, Intel, VMware et Digital Asset) et du monde la finance (R3 la start-up fintech new-yorkaise, le London Stock Exchange Group, J.P. Morgan, Wells Fargo, Swift, ANZ Bank et Mitsubishi Financial Group). R3 est une société technologique fondée en 2014 et spécialisée sur Blockchain. Elle conduit un consortium de 30 entreprises financières pour travailler sur la recherche et le développement des usages du Blockcahin dans le système financier
  • « Normalisation du blockchain ». 21 décembre 2015 La banque Natixis a annoncé rejoindre le consortium réuni par la société R3 pour travailler sur la normalisation d’une blockchain partagée entre établissements bancaires pour faciliter la création de nouveaux services financiers et d’une nouvelle forme de compensation inter-bancaire.

Selon un rapport du World Economic Forum (WEF) publié en septembre 2015, 10% du PIB mondial pourrait utiliser une technologie blockchain en 2027.

Pour ceux qui veulent en savoir plus :

 

Publicités

2 réflexions sur “Blockchain : nouvelle gouvernance de la confiance pour une nouvelle économie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s