Sport et numérique : entretien avec deux sportifs de haut niveau

Les rencontres avec des personnes passionnées sont toujours source de motivation. J’ai eu la chance de rencontrer deux personnes passionnées, deux sportifs de haut niveau dont le parcours a croisé le numérique. Sarah Daninthe championne d’escrime et chef de projet dans le « Lab » de Pôle Emploi. Elle s’entraine pour les jeux de Rio. Jean Pierre Genet, ancien champion de rugby et président de la société Oopaya. Il reste connecté au rugby en assurant la fonction de Vice-président  de l’association Ciel et Blanc Rugby qui fédère tous les joueurs de rugby qui ont joué au Racing Club de France.

JP sarah sport

Comment nait la passion pour un sport ?  Il suffit de voir Sarah et Jean Pierre pour savoir que ce sont des sportifs nés avec le gout de la compétition. Ils affichent tous les deux un visage souriant et sous leurs aspects calmes et sereins on devine leur dynamisme et leur détermination de compétiteurs. Mieux vaut partager un verre avec eux comme je l’ai fait que les avoir en face de soi en compétition. L’envie de relever des défis et de vivre des moments intenses sont dans leursSarah enfant gènes à n’en pas douter. Pour l’une comme pour l’autre le choix de leur sport a été influencé par leurs frères. Amusant de savoir que Sarah quittait la maison soit disant pour aller aux cours de danse mais partait en réalité avec ses frères s’entrainer à l’escrime. Un sacré caractère qui très tôt (voir photo enfant déjà l’épée en main)  voulait devenir médaillée Olympique.

Sarah ChiracDeux sportifs de haut niveau qui tous les deux ont été champions de France, Sarah en individuel à l’épée en 1997 et 2014 et Jean Pierre en 1990. Le sport c’est aussi des victoires collectives marquées pour Sarah par deux titres de Championnes du monde par équipe en 2005 et 2008 et une médaille de bronze aux JO d’Athènes en 2004 et pour Jean Pierre par 3 sélections en équipe nationale et la participation au tournoi des 5 nations en 1992.

Le numérique et le sport deux secteurs faits pour collaborer .  Sarah avait attiré mon sport numericusattention via les réseaux sociaux sur la cinquième édition de « Sport Numericus », les rencontres sports et numérique organisées le 25 juin. Elle avait été sélectionnée avec cinq autres sportives pour le prix de la sportive numérique 2015. Prix qui finalement a été attribué à la footballeuse Wendy Renard. Axelle Lemaire, secrétaire d’état du numérique, présente par voie de vidéo, a rappelé les valeurs partagées entre sport et numérique et Thierry Braillard, secrétaire d’état aux sports, a souligné que le sports et le numérique étaient deux secteurs en croissance, deux secteur d’avenir qui ont tout à gagner à collaborer. Le secrétaire d’état en a profité pour annoncer la mise en place d’un groupe de réflexion pour créer une filière de l’économie et du sport dédié à l’évènement et aux infrastructures. Une filière dans laquelle le numérique a pleinement sa place. (voir les videos d’Axelle Lemaire et de Thierry Braillard)

Le numérique de plus en plus présent dans le sport.  Sarah et Jean Pierre suivent avec attention l’évolution de leur sport respectif et la place grandissante des technologiques numériques. Les technologies contribuent à faire des évènements sportifs de véritables spectacles et à aider à améliorer leurs performances.

    • l’organisation des JO repose sur une infrastructure en grande partie dans le cloud pour gérer l’organisation qui précède les jeux, fournir de l’information aux professionnels et intégrer tous les systèmes et processus utilisés pendant les compétitions. (Lire le billet Les jeux Olympiques : une véritable entreprise digitale )
    • L’entrainement des sportifs. Les sportifs comme les voitures de courses sont mesurées sur toutes les facettes pour améliorer les gestes, analyser les stratégies ou les tactiques. Les drones ont fait leur apparition pendant l’entrainement de certaines équipes de rugby pour analyser sous tous les angles les enchainements. Les objets connectés sont devenus quasiment incontournables pour les compétiteurs aussi bien que pour les sportifs du dimanche afin de mesurer leurs performances mais aussi de surveiller leur santé
    • l’expérience utilisateurs des spectateurs. Avec les stades connectés et les technologies 3D nous allons pouvoir suivre les évènements sportifs de manière incroyable. Les écrans mobiles deviendront sans doute un complément naturel du spectateur assis sur des gradins, ou confortablement installé chez lui. Les supporters disposeront d’informations sportives pour mieux comprendre et suivre les événements sportifs et on pourra visualiser une action sportive sur un « second écran » sous tous les angles, quel que soit sa place dans un stade, avec la magie de la technologie 3D et de la mobilité.
    • Relation sportifs et supporters avec les réseaux sociaux. Les fans suivent déjà la vie de leurs athlètes favoris et peuvent les encourager en permanence.

Le challenge de l’innovation.  Jean Pierre Genet s’est intéressé aux technologies de sarah jean pierrel’innovation bien avant l’arrivée du numérique. Un diplôme d’ingénieur en poche, il a dû un moment choisir entre son activité professionnelle et la pratique de son sport à haut niveau qui à l’époque avait encore le statut d’amateur. Passionné dans tout ce qu’il fait, il reconnait toutefois qu’il est difficile de retrouver des émotions aussi intenses que celles vécues dans le sport, un sentiment partagé par Sarah qui a visiblement besoin de la compétition pour laisser libre court à son instinct de bagarreuse tout en le disant avec un grand sourire. Les défis c’est en quelque sorte leur quête quotidienne, dans le sport comme dans leur vie professionnelle. Ces défis ils vont aussi les chercher dans l’innovation.

Cette innovation c’était sans doute ce que Sarah cherchait en se passionnant pour le numérique alors qu’elle avait déjà un master de marketing sur le comportement des consommateurs. Elle a d’abord orienté ses recherches sur tout ce qui touchait au numérique et aux sports pour ensuite l’élargir à tous les secteurs qui pouvaient bénéficier des objets connectées, de la mobilité et de l’exploitation de la data. Aujourd’hui elle mène de front sa carrière de sportive et un emploi à plein temps dans le « Lab pôle emploi« , créé récemment, en tant que chef de projet. Ce Lab, dans la direction de Reynald Chapuis, est un lieu destiné à faciliter les échanges entre demandeurs d’emploi, agent de Pôle Emploi, des développeurs et des designers. Le Lab s’est inspiré des startups pour favoriser l’innovation par la souplesse et la réactivité. Il vient compléter la plateforme numérique Emploi Store lancé par Pole Emploi (lire l’entretien avec Reynald Chapuis). Des paris d’envergure dans le contexte économique de la France mais qui plait à Sarah qui aime « faire bouger les lignes »

Jean PierreJean Pierre affiche une force tranquille mais n’hésite pas à chercher les nouveaux défis pour s’adapter aux évolutions technologiques et aux nouveaux usages. Il n’en est pas à sa première entreprise. Créateur d’Oopaya il y a 7 ans, il a d’abord voulu innover avec un nom qui interpelle et ensuite en développant des offres de Cloud à destination des petites entreprises pour leur faciliter la mise en œuvre d’une stratégie numérique de manière simple sans disposer de compétences poussées

Nourrir la motivation. Si la victoire procure des moments intenses, il n’en reste pas moins que les entrainements sont durs et contraignants et qu’une vie de sportif de haut niveau exige de sarah ericnombreux sacrifices. Sarah pratique l’escrime depuis plus de 25 ans. L’escrime est un sport ou un sportif peut pratiquer longtemps à un haut niveau mais maintenir une motivation à son maximum pour supporter toutes ces contraintes reste pour moi un mystère. Pour Sarah la question n’a pas l’air de se poser, c’est la passion qui l’anime et une volonté de fer lui permet de garder la motivation de ses premières années. Aujourd’hui elle n’a qu’un objectif en tête aller aux jeux de Rio au mieux de sa forme.

Dans le monde du travail, Jean Pierre pense que tout le monde n’a pas toujours la chance de choisir en fonction de ses passions. En tant que chef d’entreprise il considère que c’est son rôle d’amener ses collaborateurs à trouver une motivation. Innover, relever des défis, impliquer une équipe dans une aventure sont autant d’expérience acquise dans le sport dont l’entreprise peut bénéficier

Partager sa passion et son expérience avec les plus jeunes et les enfants malades.  En plus de leurs qualités sportives Sarah et Jean Pierre partagent visiblement des qualités humaines. L’humilité et l’envie de partager leur expérience avec des plus jeunes. Des qualités qui en font des champions accessibles et terriblement sympathiques. Sarah fait d’ailleurs partie de l’association « premiers de cordée » qui utilise le sport comme dynamique de partage pour venir en aide aux enfants malades et plus précisément hospitalisés. Le but étant de leur changer un peu leur quotidien (voir la vidéo faite avec Sarah à cette occasion).

Lire également:

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s