L’économie et le numérique : instaurer un climat de confiance

Les 6 eme rencontres parlementaires pour l’économie numérique ont mis en lumière que le développement des usages liés au numérique nécessitait un climat de confiance et des infrastructures adaptées. Présidée par Corine Erhel députée et animée par Laurent Neumann, cette matinée était riche d’interventions de parlementaires et d’entreprises privés. Pour ceux qui n’y étaient pas voici un bref aperçu.

RPeconum V4Un décalage entre appétence des citoyens pour le numérique et maturité des entreprises. Economie et numérique, les deux mots semblent à présent indissociables et portent en eux des enjeux de croissance et de souveraineté comme l’a souligné Axelle Lemaire dans son discours d’introduction. Le numérique et la loi, qui ne va pas tarder à être publiée, ne sont pas du seul ressort du secrétariat du numérique mais découle bien d’une démarche interministérielle qui vise à mettre une république en action. Il faut continuer à simplifier les contraintes réglementaires et engager la transition numérique dans toute l’économie. Le numérique doit être une opportunité pour repenser notre manière d’agir et l’occasion d’améliorer et de réformer. Cela doit être fait intelligemment et avec préparation pour éviter le risque de laisser du monde sur le côté de la route.Google France V1 La France a des atouts avec sa population car, comme Elisabeth Bargès de Google le fait remarquer, les internautes français sont férus de nouvelles technologies. Une appétence pour le numérique pourtant en décalage avec la maturité numérique des entreprises. Si 59% de français achètent en ligne, seules 11% des entreprises françaises vendent en ligne.

Le numérique ne se fera pas sans un climat de confiance. L’économie numérique repose sur de nouveaux usages et de nouveaux services qui exploitent de manière intensive des données rpeconum axellemassives (Big Data) par l’utilisation de nombreux algorithmes de plus en plus sophistiquées. Les données sont donc bien au cœur de cette économie numérique. Pour que cette économie fonctionne il faut que les usages se développent et cela ne peut se faire que s’il existe un véritable climat de confiance d’après Axelle Lemaire. Christiane Feral-Schul avocate plaide pour un « privacy by design » considérant que les citoyens n’ont pas encore pleinement conscience de la valeur de leurs données personnelles. Pour Michel Gagneux directeur de l’ASIP santé, la confiance est un enjeu démocratique plein d’ambivalences. Avec la multiplication des usages liés au développement du numérique on devra chercher un compromis permanent entre usage et protection des données personnelles. Axelle Lemaire compte sur un encadrement législatif pour instaurer ce climat de confiance et sur une charte du numérique pour garantir les droits et liberté des citoyens. On peut s’attendre à de beaux débats en perspective…. Le député Patrice Martin Lalande ose même la question : « jusqu’où ira-t-on dans le formatage des comportements des citoyens ? »

Usages et infrastructures les deux faces d’une même pièce. Il faut anticiper et « déchiffrer le terrain de l’avenir » et pour le sénateur Yves Rome on doit créer des infrastructures adaptées pour être capable de capter les opportunités. On ne peut pas parler usages si on ne pense pas infrastructures car ce sont, selon son expression, « les deux facettes d’une même pièce ». De nombreux efforts ont été menés dans ce sens. Cecile Dubarry, Chef de service de l’économie numérique à la Direction générale des entreprises (DGE), précise que le 30 Mb sera disponible sur l’ensemble du territoire en 2022 avec l’utilisation de différentes technologies. Entre temps il faudra s’assurer, dans le cadre de l’inclusion numérique, que tous les citoyens aient un accès à un débit de 3 ou 4 Mb minimum sur l’ensemble du territoire. Le programme fibre est le plus grand programme d’infrastructure en France a rappelé Pierre Louette Directeur Général adjoint d’Orange.

Innovation et Financement. Le financement reste le nerf de la guerre. Axelle Lemaire a indiqué que de nombreux efforts ont été Thieulin Louettefaits pour favoriser l’investissement et on constate une progression nette des corporate venture. La France pèche encore par une vision étroite de l’innovation d’après Benoit Thieulin. Aujourd’hui dans une économie numérique l’innovation touche aux usages et aux modèles économiques. Des efforts sont encore à faire en matière d’analyse et d’expertise financière même si, le reconnait Benoit Thieulin, c’est en train de changer grâce à la banque publique d’investissement Bpi et à la Fondation internet nouvelle génération FING. Concernant les infrastructures ce seront quand même 3 milliards d’euros qui seront consacrés par l’état pour accompagner les projets de collectivités territoriales.

Pour faire de bonnes lois il faut concerter au préalable. Le numérique fait appel à de nombreuses disciplines. Technologies, usages, modèles économiques, difficile pour une seule et même personne de tout maitriser et de tenir compte des comportements générationnels. Une vision globale est nécessaire pour éviter la juxtaposition d’une multitude de lois qui risqueraient d’être incohérentes. Pour embrasser ces multiples facettes du numérique et « faire de bonnes lois il faut concerter au préalable » insiste Benoit Thieulin qui préside le Conseil National du Numérique depuis 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s