Numérique : éviter une nouvelle forme de discrimination

A l’heure où l’on parle de transhumanisme pour créer un homme augmenté il serait bien de s’intéresser tout simplement aux personnes souffrant d’un handicap afin de leur donner la possibilité de vivre une vie « normale ». Le numérique peut y aider à condition qu’il ne constitue pas lui-même un nouvel handicap.

Handicap numerique

Les évolutions technologiques pour s’affranchir des handicaps

Le numérique a un rôle important à jouer pour faciliter la vie des personnes à handicap. Mais un des défis reste le droit à s’exprimer et à communiquer avec les autres. Certains parlent aujourd’hui d’illettrisme numérique pour des personnes dont le seul handicap est la difficulté à utiliser les nouveaux outils de numériques. La synthèse vocale, la commande vocale ou oculaire et la dictée vocale permettent à des non-voyants, mais également à des personnes souffrant de dyslexie ou de praxie (difficulté de coordonner ses mouvements), de dépasser leur handicap pour utiliser les ordinateurs. On mesure difficilement les conséquences d’un handicap quand on n’y est pas soi-même confronté. Les nouvelles technologies possèdent des vertus utiles pour certains handicaps. L’usage de la tablette par exemple peut faciliter la lecture pour les enfants dyslexiques. Le fait d’avoir sur l’écran moins de mots sur chaque ligne permet à l’enfant de se concentrer sur chacun d’eux. Les smarphones et les tablettes ouvrent des opportunités intéressantes. Des applications de reconnaissance vocale ou de traduction instantanée par exemple s’avèrent prometteuses. Malheureusement tout le monde ne peut pas profiter de ces améliorations et au contraire une personne souffrant de praxie éprouvera d’énormes difficultés à utiliser un écran tactile car les mouvements de doigts que nous faisons sans réfléchir sont autant d’épreuves insurmontables pour elle.

Dyslexie : Le cas particulier des troubles non visibles.

Saviez-vous que la dyslexie était plus pénalisante pour la langue française ou anglaise ? Les enfants utilisant des langues dites « transparentes » comme l’italien ou l’espagnol lisent quasiment sans erreur.  De nombreuses personnes dyslexiques ont choisi les métiers techniques et numériques où ils peuvent exprimer leur talent de logique ou d’innovation. Elles peuvent cependant rencontrer des difficultés pour rédiger un rapport ou rédiger un message sans fautes d’orthographe. Elles peuvent ainsi être empêcher d’accéder à des responsabilités de management. Le numérique peut aider à dépasser ces entraves, mais compte tenu des différents types de dyslexie il est délicat de trouver seul les bons outils. Des spécialistes du numérique bénévoles peuvent alors être de bon conseil.

L’accessibilité du Web : éviter une nouvelle forme de discrimination

Internet est devenu incontournable et de nombreuses démarches administratives se font aujourd’hui sur internet. Le développement du commerce électronique et des usages numériques au sens large renforce le côté de plus en plus incontournable d’internet. L’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, a affirmé que « La puissance du Web est dans son universalité. Y accéder quel que soit son handicap est un point essentiel. » Imaginez-vous quelque instants devant votre ordinateur les yeux fermés ou dans l’incapacité d’utiliser un clavier ou un écran tactile !! Pour éviter une nouvelle forme de discrimination avec Internet et le numérique l’accessibilité doit être pensée à tous les niveaux. De réelles améliorations sont apparues grâce à la législation américaine et la «Web Accessibility Initiative». Certains pays s’en sont inspirés et la France dispose d’un « Référentiel Général d’Accessibilité des Administrations » mais beaucoup de progrès restent à accomplir, en particulier pour les sites web des entreprises. Ces documents contiennent des règles et des recommandations pour rendre les contenus Web plus accessibles à une plus grande variété de personnes en situation de handicap (non-voyants, malentendants, les personnes ayant des troubles d’apprentissage, des limitations cognitives, des limitations motrices, des limitations de la parole, de la photosensibilité etc.). Des règles encore trop peu prises en compte sur la majorité des sites internet en partie par méconnaissance du problème.

« Expérience augmentée » pour la personne en situation de handicap.

Machine learning, Big Data, Objets communicants, expérience utilisateur. Des termes utilisés abondamment avec la transformation numérique et autant d’opportunités pour améliorer l’univers d’une personne en situation de handicap. La sociabilité, facilitée par les technologies numériques, est une des attentes majeures mais pour que cela marche c’est à chacun d’entre nous d’être ouvert à la différence !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s